À Besançon, ces 17 jeunes rénovent une partie de la Citadelle pendant deux semaines

Depuis samedi 31 juillet, plusieurs jeunes venus de toute la France participent à un chantier dans la Citadelle de Besançon. L'opération est menée pour la cinquième fois consécutive, par le "Club du Vieux Manoir". Pendant quinze jours, ils apprennent à faire des travaux, et à travailler en équipe.
17 jeunes rénovent une partie de la Citadelle de Besançon, pendant 15 jours
17 jeunes rénovent une partie de la Citadelle de Besançon, pendant 15 jours © Marine Candel / France Télévisions

Depuis 2017, le "Club du Vieux Manoir" encadre 17 jeunes venus de toute la France pendant quinze jours, à Besançon. Dans ce camp de vacances un peu particulier, tous ces jeunes ont le même objectif : participer à la sauvegarde du Patrimoine. Ici, tous vont s'atteler à la rénovation des parties de la Citadelle. Ces travaux leur permettent d'apprendre les fondementaux de la construction, mais aussi à vivre au sein d'un collectif. 

15 jours de chantier

Certains choisissent le VTT, d'autres le foot ou le cirque. Pour eux, rien de tout cela. Ces jeunes venus des quatre coins de France s'attaquent à un chantier dans la Citadelle de Besançon. Du 31 juillet au 14 août, accompagnés par 3 animateurs et animatrices, ils vivent et travaillent ensemble dans la capitale comtoise. Leur programme est très chargé.

"Sur ce mur, on démonte toutes les pierres pour ensuite nettoyer toute la terre et dévégétaliser un maximum pour que tout soit propre. On va ensuite faire de la maçonnerie : poser du mortier pour les reposer et les mettre exactement comme elles étaient, propres. Il faut brosser les pierres pour qu'elles soient complètement démoussées et dans le meilleur état possible", explique Emma Minicuci. 

S'il est certain que ce projet prend beaucoup de temps, la jeune femme aime ce qu'elle fait. "Il y a de la motivation, et ça, ça fait plaisir", ajoute-t-elle. Une motivation renforcée par le fait que les jeunes se soutiennent mutuellement, quel que soient les difficultés.

"C'est agréable de travailler, parce qu'on est toujours en équipe, on est toujours solidaires. On a une bonne équipe, on va aider les autres sur les autres chantiers ou on vient ici. On apprend des nouvelles choses pour construire. On vit bien ce chantier, malgré le temps qui n'est pas toujours super", s'enthousiasme Angéline Perrin, une autre bénévole.

Les jeunes s'attaquent notamment à la rénovation des murs de la Citadelle, à Besançon.
Les jeunes s'attaquent notamment à la rénovation des murs de la Citadelle, à Besançon. © Marine Candel / France Télévisions

Apprendre et se responsabiliser

L'objectif à accomplir est important, d'après leur chef de chantier, Martin Ruchoux : "Cette année, il y a des chantiers de pose de pierre de taille pour finir des murs qui étaient dégradés, un chantier de dépose de maçonneries qui sont incorrectes et de reconstruction du mur, un mur de soutènement".

Ce chantier a commencé en 2017. "On avait un projet central autour de la réfection du puits de la Citadelle, qui est un des puits les plus profonds d'Europe. On a refait totalement le pavage du puits et également l'ensemble de la finition de la margelle. On a donc restauré complètement cette zone-là, et tout ça s'accomapagne aussi d'autres chantiers", décrit le responsable. 

En dehors du chantier, il y a aussi la vie sociale. Quand ils ne sont pas au travail, les jeunes profitent de leur temps pour découvrir Besançon et les alentours. Ici encore, il faut penser collectif. 

"On fait le chantier ensemble, mais on vit, on mange et on fait des jeux aussi ensemble. on vit ensemble, on mange ensemble, on fait des jeux ensemble, on fait du chantier ensemble", dit Martin Ruchoux. Au quotidien, les jeunes font eux-mêmes la cuisine, de même que le ménage et l'entretien, pour le groupe.

"Les jeunes apprennent sur le chantier, à poser une pierre et faire de la maçonnerie mais aussi à vivre ensemble, à prendre des décisions. C'est un apprentissage à la fois de soi, mais aussi du groupe : comment fonctionner en groupe, ensemble. C'est donc à la fois l'autonomie et la solidarité", se justifie le chef de chantier. 

Des efforts qui vont profiter à tous : d'ici quelques semaines, une petite surprise est à découvrir dans la Citadelle. "On a également un chantier de réhabilitation totale d'une cage d'escalier. Elle va permettre d'ouvrir à la visite un endroit qui est pour l'instant fermé au public", dévoile Martin Ruchoux. Un résultat que les visiteurs doivent découvrir très prochainement. 

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
société jeunesse famille