Affaire Narumi Kurosaki à Besançon : Nicolas Zepeda fait appel contre son extradition en France

Le Chilien Nicolas Zepeda, accusé du meurtre de l'étudiante japonaise Narumi Kurosaki, disparue à Besançon fin 2016, a fait appel d'une première décision de justice au Chili autorisant son extradition en France, a indiqué mardi son avocate.

Nicolas Zepeda garde le silence depuis le début de cette affaire judiciaire hors norme.
Nicolas Zepeda garde le silence depuis le début de cette affaire judiciaire hors norme. © Martin BERNETTI / AFP
Dans sa requête, Me Joana Heskia demande l'annulation de ce jugement et la révocation de cette extradition pour "manquement aux conditions définies" par la législation chilienne. La demande se fond notamment sur l'absence d'éléments probants pour dire qu'un homicide a bien été commis, selon la défense.

Le jugement ne tient pas compte en particulier des éléments "faisant état de la possibilité que Narumi ait été vivante au moins plusieurs jours après les faits présumés", selon son Me Heskia.

Le parquet de Besançon accuse Zepeda, aujourd'hui âgé de 29 ans, d'avoir commis un "homicide volontaire avec préméditation" contre cette jeune Japonaise, alors âgée de 21 ans, et d'avoir caché son corps.
 
Zepada et cette brillante étudiante ont entretenu une longue relation sentimentale au Japon, avant qu'elle ne déménage pour la France et ne tombe amoureuse d'un étudiant français. Sous l'emprise de la jalousie, le Chilien serait alors venu en France depuis le Chili pour commettre son crime, selon la justice française.

La Cour suprême chilienne doit maintenant entendre les parties avant de rendre un jugement définitif, à une date indéterminée.
 

La famille dans l'attente


L'avocate de la famille de Narumi Kurosaki, Sylvie Galley, s'attendait à cet appel du jeune chilien, fils d'une famille riche. "Cela pourrait retarder son arrivée en France c'est vrai, l'épidémie de coronavirus aussi. Mais peu importe, il sera un jour en mesure de répondre de ses actes devant une cour de justice" avait confié l'avocate bisontine.

Le sérieux du dossier présenté par le procureur de la République Etienne Manteaux devant la justice chilienne a été décisif. Le rôle de la famille Kurosaki ne doit pas être négligé pour autant. Trois lettres ont été envoyés au Chili il y a quelques semaines par la mère et les soeurs de Narumi. Un supplique pour que Nicolas Zepeda soit extradé.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
disparition de narumi kurosaki faits divers justice société
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter