• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ÉCONOMIE
  • DÉCOUVERTE
  • JUSTICE
  • SPORT

Anesthésiste de Besançon : “Je sais que le Dr Péchier se croit protégé” affirme l'un des avocats des victimes

Frédéric Berna avocat des parties civiles dans l'affaire Péchier / © France 3
Frédéric Berna avocat des parties civiles dans l'affaire Péchier / © France 3

Y-a-t-il eu collusion entre l'un des avocats de Frédéric Péchier et le président de la chambre d'instruction de la cour d'appel ? Un pourvoi en cassation va être déposé. Pour Me Berna avocat des parties civiles, il faut lever les zones d'ombre sur cette question. Et laisser le dossier à Besançon. 

Par Sophie Courageot

Pas un jour sans que l'affaire Péchier, ce médecin de Besançon soupçonné de 24 empoisonnements ne fasse parler d'elle. C'est désormais devant la cour de cassation que devrait se jouer prochainement un nouvel épisode judiciaire. Les victimes ont écrit au parquet pour contester le maintien en liberté du médecin soupçonné d'avoir empoisonné des patients de 4 à 80 ans entre 2008 et 2017 dans des cliniques de Besançon. 

Le parquet général va déposer un pourvoi. Il a un mois pour le faire. Objectif : dire si la chambre d'instruction de la cour d'appel de Besançon a statué le 12 juin dans les règles de l'art en prononçant la mise en liberté sous contrôle judiciaire du médecin. 
 



Selon Me Berna, l'un des avocats des parties civiles, la colère et la déception ont été grandes quand les victimes et familles de victimes ont découvert le weekend dernier dans la presse, les soupçons d'une possible collusion entre Me Schwerdorffer et le président de la chambre d'instruction. Des SMS du Dr Péchier qui figurent dans le dossier d'enquête ont été dévoilés par le magazine Le Point. Frédéric Péchier, a-t-il bénéficié d'un traitement de faveur concernant une potentielle mise en détention, à laquelle il a échappé ? Aziz Zemouri le pense, et évoque à travers les extraits de documents d'enquête dévoilés, l'appartenance commune à une même loge maçonnique de l'avocat du Dr Péchier et du président de la chambre de l'instruction.  

"Ce qui me surprend le plus, c'est que ces éléments n'ont pas été contestés. Je suis surpris qu'on ait eu aucun démenti, cela renforce la suspicion" estime Me Berna. "La cour et les avocats de la défense avaient connaissance de ces éléments. Je suis surpris que la cour n'ait pas choisi de les évoquer en préambule pour dissiper toute suspicion... le déroulement de ces éléments est éminemment suspect" ajoute l'avocat. 

Ce mardi 18 juin vers 20h30, la défense du Dr Péchier est passé à la contre attaque. La défense du Dr Pechier, accusée d'entretenir des liens suspects avec le président de la chambre de l'instruction, demande au procureur de la République de rendre public l'intégralité des écoutes téléphoniques et SMS enregistrés entre 2017 et 2019. Selon Me Randall Schwerdorffer, ces SMS ou extraits d'écoute ont été tronqués et sortis de leur contexte.
 


"Je sais que le Dr Péchier se croit protégé"

 

Interrogé par nos équipes sur une possible protection du Dr Péchier l'avocat déclare : "Honnêtement je ne sais pas si le Dr Péchier est protégé. Et je ne vous cache pas que si c'était effectivement le cas, ce serait d'une gravité extrême. Cela remettrait en cause énormément de choses. Ce que je sais, en revanche c'est que le Dr Péchier se croit protégé et cela c'est évident, ça ressort des éléments du dossier.. à tort ou à raison ... en tout cas le sentiment d'impunité qu'il affiche.. le fait d'être serein avant chaque audience, on comprend mieux" rage l'avocat. 

 

Il ne faut pas délocaliser l'affaire Péchier estime Me Berna


Faut-il délocaliser de Besançon l'affaire Péchier ? 


Non répond fermement l'avocat des victimes. "Délocaliser un tel dossier est extrêmement compliqué. Cela voudrait dire que les magistrats doivent reprendre une telle procédure d'une grande complexité depuis le départ. Cela voudrait dire que les gens qui travaillent vraiment sur ce dossier et qui n'ont rien à se reprocher, je pense notamment au juge d'instruction, seraient sanctionnés pour des fautes qu'ils n'ont pas commises. Donc il faut régler le problème de la cour. Mais il faut que les enquêteurs et magistrats qui font un excellent travail continuent sur ce dossier. Parce que ce serait faire le jeu de la défense, le jeu de cette éventuelle collusion avec la cour que de retirer ce dossier" estime Me Berna. 


Le pourvoi en cassation  sera rédigé sous un mois par le parquet général de Besançon. La cour de cassation le jugera-t-elle recevable ? Que décidera-t-elle ensuite ? "Le fait que le parquet général ait décidé de se pourvoir en cassation au regard de ces éléments, nous nous sentons soutenus dans ce combat et nous avons l'impression que l'institution n'a pas cherché à couvrir un éventuel incident, ou une éventuelle collusion au contraire" estime Me Berna. 

"Cela ne me dérange pas qu'il y ait une 5e ou une 6e audience, certains sont prêts à tout pour que le Docteur Péchier aille en prison", a réagi l'un des avocats de Frédéric Péchier, Me Randall Schwerdorffer.



 

A lire aussi

Sur le même sujet

Mâcon : la crise dure aux urgences de l'hôpital

Les + Lus