Besançon : deux professeurs du CHRU dénoncent des faits de harcèlement moral

Publié le Mis à jour le

L'un est radiologue, l'autre dermatologue. Les professeurs Kastler et Humbert accusent leur direction d'avoir pratiqué à leur encontre des comportements assimilables à du harcèlement moral.

Il semble régner, depuis plusieurs mois au Centre Hospitalier Régional Universitaire de Besançon, un climat délétère dans certains services. Et chaque partie se renvoie la balle sur la question de savoir qui est à l'origine des maux.

Le professeur Philippe Humbert, ex-chef de service Dermatologie et son collègue le professeur Bruno Kastler, ex-chef de service d'Imagerie Médicale, ont sollicité l'association parisienne "les amis du professeur Mégnien", qui entend lutter contre le harcèlement en milieu hospitalier.

Les deux chercheurs estiment être victimes depuis plusieurs mois de harcèlement, de la part de certains confrères, harcèlement qui serait connu de la direction du CHRU. Difficile de connaître la réalité dans ce milieu si opaque. De son côté, le syndicat national des praticiens hospitaliers condamne la prise de parole du professeur Humbert, dénonçant d'autres actes tout aussi condamnables de la part du médecin.

L'Agence Régionale de Santé et l'hôpital refusent de s'exprimer à ce sujet.

Les professeurs Kastler et Humbert accusent leur direction d'avoir pratiqué à leur encontre des comportements assimilables à du harcèlement moral. Avec les témoignages de Philippe Humbert, ancien chef de service (1993-2015) de Dermatologie CHU Minjoz, de Bruno Kastler, ancien chef de service ( 1994-2013) de l'Imagerie Médicale CHU Besançon et du professeur Philippe Halimi, président de l'association "Les amis de Jean-Louis Mégnien"



Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité