Besançon : développeur web débutant accepté et même recherché par une start-up !

Pour favoriser l'insertion professionnelles des développeurs web débutants, une star-up vient de se créer à Besançon (Doubs). Cette profession a beau être très recherchée, les employeurs demandent souvent une expérience professionnelle avant d'embaucher.

Cinq développeurs web débutants ont été recrutées par l'entreprise Débutant-e Accept de Besançon
Cinq développeurs web débutants ont été recrutées par l'entreprise Débutant-e Accept de Besançon © JS Maurice -France tv

Développeur web débutant recherche emploi... Etre capable de créer une page internet, de créer des applications pour ordinateurs, smartphones ou tablettes, voilà un métier qui a le vent en poupe ! Un marché de l'emploi en tension mais qui reste difficile à pénétrer pour les développeurs sans expérience. 

 

J'ai envoyé plus de 200 candidatures avec lettres de motivation, je les ai à chaque fois relancé deux fois ! Six mois de recherches sans résultat.

Cédric Page, 39 ans

Cédric Page a suivi une formation de développeur web pendant 7 mois en distanciel par une société certifiée "Grande Ecole du Numérique". Auparavant, il a été couvreur, un métier qu'il ne peut plus exercer pour raison médicale.

Et ils sont nombreux ces hommes et ces femmes qui se reconvertissent ou choisissent cette voie d'avenir . "Il y a énormément de débutants sur le marché" remarque Cédric et les offres d'emploi existantes ne leur sont pas adressées.

Il suffit de parcourir les offres des entreprises publiées sur le site Indeed. La plupart des sociétés recherchent des développeurs ayant une expérience. 

Capture d'écran du site Indeed
Capture d'écran du site Indeed

Pourquoi Cédric Page et beaucoup d'autres développeurs web juniors, n'arrivent-ils pas à décrocher leur premier job ? Thomas Duredon a beau avoir passé une licence pro informatique en alternance, ce n'était pas une expérience suffisante pour les sociétés qui recrutent des développeurs web.

Quand on sort d'études, on n'est pas forcément formaté pour être bien opérationnel

Thomas Duredon, 22 ans

En prime, la période Covid aggrave ce fossé entre l'offre et la demande.

Avec le contexte actuel, c'est compliqué de prendre les débutants, le travail se fait souvent en distanciel. Du coup, l'accompagnement des débutants est plus difficile

Thomas Duredon

D'où la démarche de trois seniors du monde du web. Christophe Boutet, Michel Chevassu et Thomas Boyer viennent de créer la start-up "Débutant-e Accept" à Besançon. Tout est dit dans le titre ! 

Un CDD d'un an pour acquérir de l'expérience

Les trois cofondateurs ont recruté cinq juniors sans expérience en entreprise. Leur société n'est pas un organisme de formation, pas d'aides financières particulières. Ils misent juste sur la motivation de leurs recrues pour faire le job. En ce moment, par exemple, ils développent pour un client une plateforme de covoiturage transfrontalier entre la France et la Suisse. Le travail ne manque pas. De nombreuses entreprises ont besoin de nouveaux outils numériques pour leurs relations clients ou pour travailler en interne. 

L'équipe de Débutant-e Accept
L'équipe de Débutant-e Accept © Débutant-e Accept

Dès le départ, le deal est clair. Les cofondateurs proposent aux juniors un contrat à durée déterminée d'un an. Cédric, Richard, Thomas savent que cette expérience professionnelle est un tremplin. 

Difficile de partir dans un an ? Richard Meuret, le reconnaît. A 49 ans, il a eu plusieurs vies professionnelles. Chauffeur-routier, peintre en bâtiment puis un poste dans l'usinage qui ne lui convient pas. Il décide de faire de sa passion pour le code, un métier. Richard Meuret se sent bien dans cette petite entreprise. C'est une coopérative où il y a "une bonne ambiance".

Avec cette expérience, on gagne en vitesse de travail, cela sera très utile par la suite

Richard Meuret, 49 ans

Avec cette première expérience, Cédric Page a pris conscience de l'immensité de ce secteur professionnel. Le web, ce sont de multiples technologies, un vaste monde impossible à explorer dans sa globalité. Thomas Durondon, lui, a découvert l'importance des méthodes de travail. Quant aux trois cofondateurs, ils sont en train d'affiner leur organisation pour pouvoir la transposer dans d'autres villes comme Dijon. 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
agissons pour l'emploi économie emploi internet