"Besançon est un bijou" : les jolis mots de tendresse de l'écrivaine Katherine Pancol sur la capitale de la Franche-Comté

La célèbre autrice de "Les Yeux jaunes des crocodiles", Katherine Pancol, a offert aux Bisontins une jolie déclaration d'amour pour leur ville après une visite à Besançon (Doubs).

C'est un petit mot, tout doux, qui réchauffera le cœur de tous les Bisontins, et tous les amoureux de leur ville. Ce vendredi 8 décembre, l'écrivaine Katherine Pancol, célèbre auteur de "Les Yeux jaunes des crocodiles" et des "Muchachas", était en visite à Besançon. Une visite qui lui a laissé une forte impression, qu'elle a joliment restituée à ses abonnés sur son compte Facebook.

"Les Bisontins, gens raffinés, doux"

"Vendredi donc, j'étais à Besançon", commence Katherine Pancol. L'écrivaine a fait le déplacement pour assurer la promotion de son dernier ouvrage, "la mariée portait des bottes jaunes". Elle dresse le portrait de sa destination : "ville entourée de remparts construits par Vauban, classée ville d'Art et d'Histoire, investie par Jules César, capitale de la Gaule romaine, belle paresseuse couchée dans un coude du Doubs".

L'auteure française, un temps expatriée aux États-Unis, a eu la chance de tomber sur l'une des journées les moins pluvieuses du mois. "Besançon, ville natale de Victor Hugo, de Tristan Bernard, des frères Lumière, ville que fréquentèrent Colette, Alexandre Dumas, où Julien Sorel ("Le Rouge et le Noir") entre au séminaire." poursuit-elle. "'Besançon, écrit Stendhal, une des plus jolies villes de France. Elle abonde en gens de cœur et d'esprit'. Stendhal avait raison".

"Besançon est un bijou où vivent les Bisontins, gens raffinés, doux. La vie y semble liquide, facile. Et appétissante". L'accueil que ses lecteurs francs-comtois lui ont réservé l'a visiblement conquise.

Katherine Pancol, fine gastronome, raconte également son déjeuner, dans un restaurant de la ville, dont l'éloquence du propriétaire l'a conquise : "il louange, détaille, verse des parfums, chante des sauces, des herbes, des croustillances, laisse fondre, rissoler, s'étaler avant de jeter la dernière note, SA signature. Je bavais en l'écoutant" décrit-elle. "C'est pour des gens comme lui que je ne pourrais jamais vivre ailleurs qu'en France."

"J'ai signé moult livres, j'ai échangé avec vous qui venez à ma rencontre… et suis repartie en me promettant de revenir très vite" conclut Katherine Pancol.

L'actualité "Sorties et loisirs" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Sorties et loisirs" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité