Besançon : Locazone, bientôt un concurrent sérieux à UberEats et Deliveroo ?

Créée en 2019 pour les petits commerces bisontins, la plateforme de vente à emporter Locazone va élargir son activité aux restaurateurs à partir de la mi-décembre. Un futur concurrent aux géants UberEats et Deliveroo ? 
© Gabriel Talon - France Televisions
Bientôt un concurrent à UberEats et Deliveroo à Besançon ? Le projet se concrétise et pourrait se développer assez rapidement. Une vingtaine de restaurateurs bisontins auraient déjà donné leur accord pour collaborer avec Locazone, l’application imaginée par Alexis Cabel pour concurrencer les grands groupes. Son atout ? Un abonnement mensuel pour réduire drastiquement les commissions, et permettre aux restaurateurs et aux clients de s’y retrouver. 
 
Le logo de Locazone
Le logo de Locazone © Facebook / Locazone

"Je suis parti d’un constat très simple : un menu dans une chaîne de restauration rapide de Besançon coûte 8 euros 50. En livraison avec UberEats ou Deliveroo, le prix passe à 14 euros 50. Sur une commande, la marge réalisée est donc énorme" explique Alexis Cabel. "Avec Locazone, nous proposerions aux petits restaurateurs un abonnement de 40 euros par mois, sans engagement, avec une commission de 6,50% sur chaque commande. Tout le monde serait gagnant" poursuit l’entrepreneur bisontin, associé à deux autres collaborateurs dans ce projet. 

Aider les petits restaurateurs

Sur le papier, l’idée a tout pour séduire les commerces du centre ville et les livreurs,  qui déplorent une diminution de leurs salaires depuis plusieurs mois. "Je ne cours pas après l’argent. Je veux aider les petits restaurateurs à s’en sortir. Je veux replacer l’humain au coeur des échanges" avoue Alexis Cabel, qui entend exclure les grandes chaînes de restauration de son projet. "Nous ne travaillerons pas avec McDo, Burger King. Ce serait de la concurrence déloyale" précise-t-il. 
 
Après avoir élaboré un business plan et rencontré la maire de Besançon Anne Vignot, les trois entrepreneurs viennent d’obtenir les fonds nécessaires au lancement de leur application. Ils espèrent lancer l'application Locazone dès la mi-décembre. "On espère se lancer assez vite" explique de son côté Kevin Jacquinot, livreur associé au projet. "Une vingtaine de restaurateurs nous ont déjà donné leur aval. Ils nous demandent cette solution car ils en ont marre de travailler avec les grands groupes" rapporte Alexis Cabel. 

S'élargir le plus vite possible 

Les trois entrepreneurs seraient déjà en contacts avec d’autres livreurs pour élargir leur activité si le démarrage fonctionne bien. Non sans ambition, ils espèrent que leur projet séduira rapidement les restaurants bisontins, quitte à s’élargir ailleurs dans la région : "L’idée serait de ne pas rester seulement à Besançon, mais de vite nous étendre dans des villes où UberEats n’est encore pas présent, comme à Montbéliard ou Lons-le-Saunier" explique Alexis Cabel, qui a lancé le projet Locazone en septembre 2019. 

A l’époque, la plateforme était uniquement destinée aux petits commerces, à l’image de Teekers. "On a eu du mal à élargir notre cercle car les commerçants connaissaient déjà Teekers. C’est ensuite qu’est venue l’idée d’étendre le site à la restauration" raconte l’entrepreneur. 
 

Nous avons besoin d'une trentaine de restaurants associés pour que le projet soit viable.

Alexis Cabel, créateur de "Locazone"


L’enjeu est énorme. Il pourrait permettre aux petits restaurateurs bisontins de continuer à proposer de la vente à emporter tout en réduisant les frais. "Il nous faut une trentaine de restaurants associés à raison d’une vingtaine de commandes par jour pour que le projet soit rentable" analyse Alexis Cabel. Les restaurateurs seraient libres de mettre fin à leur abonnement quand ils veulent. De plus, la plateforme Locazone restera également ouverte aux autres commerces qui souhaitent s'exposer sur internet. 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
économie covid-19 santé société