Besançon : un budget participatif de 250 000 euros pour des projets citoyens

Publié le

1 million d'euros sur 4 ans, jusqu'à la fin de la mandature, pour réaliser des projets à l'initiative des habitants. C'est la proposition de la Ville, présentée en conseil municipal ce jeudi. Le premier appel à projet est prévu en septembre.

"Vous êtes citoyen, vous portez un projet, ensuite les services analysent si les projets sont recevables et faisables." Le budget participatif est dans l'air du temps, il faisait partie du programme de campagne d'Anne Vignot aux élections municipales de 2020. Deux ans plus tard, la proposition de la majorité doit être votée, ce jeudi 19 mai, dans le cadre du budget 2022 de la ville, pour une application jusqu'à la fin du mandat. Une enveloppe d'un million d'euros est prévue, sur 4 ans, soit 250 000 euros annuels.

Le budget participatif, comment ça marche ? 

Tout bisontin de plus de 16 ans, seul, en collectif ou au sein d'un association, mais aussi les étudiants et apprentis, commerçants et artisans peuvent proposer un projet à la municipalité. Sa recevabilité et sa faisabilité juridique, financière et technique est ensuite étudiée par les services de la Ville. Il doit se faire sur les compétences de la commune, sur son territoire, et doit être d'intérêt général.

Végétaliser un espace urbain, aménager un lieu de "street work", une aire de jeux, un parc à vélos, ou habiller un mur d'une fresque, planter des arbres fruitiers, installer des tables de ping-pong, les suggestions peuvent être nombreuses. À condition qu'elles soient d'intérêt général, et que le montant de leur réalisation ne dépasse pas 100 000 euros.

Ensuite, la phase de vote des projets est prévue à l'échelle de la commune : tout bisontin peut voter individuellement, y compris sur une proposition qui n'est pas liée à son quartier. Les projets qui auront eu le plus de votes seront ensuite engagés par la ville, après une délibération en conseil municipal, avec une réalisation dans les deux ans.

Le calendrier prévu

Une phase d'appel à idée est prévue de septembre à mi-octobre 2022, suivie de l'analyse des projets, avant le vote, en février/mars 2023. La population aura
3 semaines pour répondre, en ligne ou en présentiel via des urnes. "L'idée est de mobiliser un maximum de quartiers, avec notamment les maisons de quartiers pour accompagner les porteurs de projet", assure Kevin Bertagnoli, adjoint au maire en charge de la démocratie participative.

Autre objectif défendu par la majorité : la transparence. L'état d'avancement de chaque projet, de sa recevabilité au vote, puis sa réalisation, devront être communiqués au fur et à mesure. "Créer de la confiance", tel est le message affiché, selon Kevin Bertagnoli. "Il faut aller chercher ceux qui ne se sentiraient pas légitimes pour donner des idées, que les citoyens éloignés des politiques publiques prennent des initiatives."

Le budget participatif, fer de lance des ateliers citoyens

Le budget participatif est un des outils de la démocratie participative, que la maire de Besançon souhaite développer. "C'est le plus emblématique des ateliers citoyens", déclare Kevin Bertagnoli. Cette plateforme participative, que l'on peut consulter en ligne, se présente comme un lien direct entre la Ville et les habitants. On y trouve des pétitions, les conseils consultatifs d'habitants, des consultations sur les projets à l'initiative des élus ou des citoyens, comme l'est celui de la réhabilitation de la place Olof Palme dans le quartier de Palente.

C'est le deuxième temps démocratique après les élections

Kevin Bertagnoli 

adjoint au maire en charge de la démocratie participative.

Avant de lancer le budget participatif, la Ville s'est inspirée d'autres métropoles où ce type d'outil existe déjà, comme Grenoble ou Paris. Kevin Bertagnoli se veut confiant sur l'intérêt qu'il suscitera à Besançon. "On fait confiance à la culture locale militante de la ville, les bisontins vont s'emparer de l'idée. On a décidé des règles du jeu mais on délègue le choix des projets. Des initiatives vont émerger de partout."

Un premier bilan sera effectué au mois de mars, à l'issue de la première édition.