"C'est du gâchis" : en plein Euro de football, les bars de Besançon, interdits de retransmission extérieure, sous surveillance

Alors que l'Euro de football bat son plein, les gérants de bar de Besançon (Doubs) font grise mine. La municipalité a rappelé qu'il était interdit de proposer la retransmission des matchs en terrasse. Un dispositif policier renforcé sera ainsi déployé en ville ce mardi 9 juillet, soir de demi-finale de l'équipe de France.

Amis Bisontins, si vous souhaitez voir la demi-finale de l'Euro de football (opposant ce 9 juillet la France et l'Espagne) assis à la terrasse de votre bar préféré, passez votre chemin. Il est fort probable qu'à Besançon, vous trouviez peu, voir aucune retransmission en extérieur de la rencontre.

Pourquoi ? La ville interdit en effet "toute installation d'écran sur le domaine public", comme elle l'a rappelé dans un mail envoyé ce 9 juillet à tous les commerces susceptibles de retransmettre la rencontre. Une décision s'appuyant sur un arrêté municipal daté du 26/12/2022.

C'est en fait le cas depuis une dizaine d'années. Nous l'avons simplement rappelé après avoir vu des bars installer des écrans dans les rues le 5 juillet, lors du quart de finale France-Portugal.

Daniela Orru,

cheffe du secteur Terrasses et Halles Beaux-Arts Direction Sécurité et Tranquillité Publique

"Cette interdiction vaut aussi pour les écrans à l'intérieur des bars, mais visibles depuis l'extérieur des établissements" complète Daniela Orru. Une décision motivée par l'envie d'éviter tout "trouble à l'ordre public, les attroupements sur la voie publique, mais aussi la sécurité publique en permettant l'accès des bouches incendies aux sapeurs-pompiers".

Des tenanciers désabusés

Un règlement qui agace certains tenanciers, comme Lionel Robola, gérant depuis neuf ans du K'fé, place Marulaz. "C'est n'importe quoi" s'emporte-t-il. "Moi, j'ai toujours diffusé les rencontres, et je n'ai jamais eu de problème. Au contraire, on sait gérer notre clientèle. Il fait chaud, les gens sont heureux de se retrouver... Et on devrait arrêter ? Quel gâchis".

Lionel Robola met en avant le manque à gagner que représente l'absence d'écran en terrasse, qui permet souvent d'attirer du monde. Un avis partagé par Anita Sommet, co gérante du bar La Fontaine, rue des Boucheries. "Nous, ça fait bien longtemps qu'on ne met plus rien en terrasse" regrette-t-elle. "On a déjà été "aligné" par le passé... Je trouve que ce règlement manque de logique, car les soirs de match, il y a dans tous les cas des attroupements en ville".

Au Madigan's, pub situé place du 8 septembre, le patron des lieux, André Maille "s'est habitué à cette contrainte". "Je suis là depuis 20 ans, et ça a toujours été ainsi" soupire-t-il. "On n'a déjà pas le droit de faire des concerts en extérieur après 22h, donc cette décision entre en plein dans la lignée sécuritaire de la gestion du centre-ville".

Mais je trouve qu'il est plus "dangereux" d'entasser 200 personnes en intérieur, avec de la chaleur, plutôt que de nous permettre d'avoir une terrasse bien gérée, avec un dispositif de sécurité supplémentaire.

André Maille,

patron du Madigan's

Il l'assure, il respectera le règlement. Pas d'écran à l'extérieur. Sa consœur Anita Sommet également. "Mais mes écrans à l'intérieur sont visibles depuis la rue" confesse-t-elle. "Ce qui est interdit dans leur règlement. Comment je fais ? Je ne vais quand même pas changer toute mon installation, ça suffit".

Lionel Robalo, du K'fé, a lui choisi de faire de la résistance. "Chez moi, l'écran sera toujours dehors, j'en ai marre" argue-t-il. "Je risque une amende de 3 000 euros, mais c'est moins que ce que je perdrai en recette si jamais je ne mets pas le match. Ils nous parlent de fan zone à Micropolis... Ils sont en train de tuer notre centre-ville".

Des plaintes de riverains lors du dernier France-Portugal

Informée des plaintes de ces professionnels, Daniela Orru, cheffe du secteur Terrasses et Halles Beaux-Arts à la Direction Sécurité et Tranquillité Publique, admet "comprendre ces avis". "Mais tous les commerçants ont le devoir de se tenir informés des règlements les concernant" complète-t-elle. "Et puis nous avons reçu beaucoup de signalements et de photos de riverains se plaignant de nuisances sonores et d'attroupements en bas de chez eux".

Face à une recrudescence des retransmissions extérieures, "notamment rue Bersot, où certains bars ont voulu jouer avec les règles en collant un écran derrière leur vitrine", Daniela Orru annonce que "des contrôles de police seront réalisés dans ce sens afin de garantir la sécurité et tranquillité publique".

Pour rappel, "le non-respect du règlement peut conduire à la suspension ou à la suppression des autorisations" d’occuper le domaine et "expose à une contravention de 5ᵉ classe" (jusqu'à 3 000 euros) rappelle la Direction Sécurité et Tranquillité Publique de la ville de Besançon.

L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Bourgogne-Franche-Comté
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité