"C'est le livre qui m'a pris le plus de temps à écrire" : Arnaud Friedman signe un huitième roman (presque) noir autour de la paternité

L'auteur, originaire de Besançon (Doubs), signe un nouveau roman. "L'invention d'un père", édité par la Manufacture de livres, sort le 4 avril 2024 en librairie. Un livre aux accents sombres, autour des questions de la paternité et de la transmission.

"C'est un vrai feelgood book", plaisante Arnaud Friedmann. Car son huitième et dernier roman est tout sauf "joyeux", admet l'écrivain de Besançon (Doubs). "L'invention du père", publié ce 4 avril 2024 par la Manufacture de livres, apparaît en effet comme un récit très sombre, presque noir. Jugez plutôt : un père, condamné par la maladie, enlève sa fille âgée de quelques mois à peine et qu'il a abandonnée avant même sa naissance. Il emmène le bébé en forêt, dans la cabane refuge de son enfance, pour essayer de créer l'ébauche de cette paternité dont il sera bientôt privé.

Il se penche sur le berceau de Béatrice. Il la regarde. Il a l’impression d’avoir passé sa vie à la regarder ainsi, à s’être tenu penché au-dessus d’elle. Il s’attarde au haut de la nuque, aux cheveux rendus poisseux par la chaleur de l’été. (...) Dans un mois il sera mort.

"L'invention d'un père", extrait.

Arnaud Friedmann, La Manufacture de livres, avril 2024.

La suite appartient aux lecteurs, car au fil des 225 pages de son roman, Arnaud Friedmann s'emploie à dérouter, à brouiller les pistes, à proposer tous les possibles, pour inviter chacun au final à choisir sa propre version de l'histoire. Mais c'est son habitude depuis ses premiers ouvrages. "Souvent lors de salons ou de rencontres, je vois mes lecteurs qui débattent, qui ne sont pas toujours d'accord sur tel ou tel point du récit et sur le sens à donner à telle ou telle action d'un personnage. C'est étonnant et c'est ce que je recherche." 

Un récit commencé il y a 17 ans

Les plus curieux s'amuseront à débusquer tous les détails autobiographiques qu'il a glissés dans son récit. Car ce roman est sans doute l'un des plus personnels du Bisontin qui a fêté ses 50 ans il y a quelques mois. "C'est le livre qui m'a pris le plus de temps à écrire", confie-t-il à France 3 Franche-Comté.

J'ai commencé ce roman en 2007, quand ma première fille est née. Je m'interrogeais sur ce qu'un père pouvait confier, transmettre à son enfant et j'avais imaginé lui écrire des lettres qu'elle pourrait lire à chacun de ses anniversaires. Mais c'était un peu trop personnel. Et le projet a évolué. Il y a eu au moins 6 ou 7 versions !

Arnaud Friedmann, auteur de "L'invention d'un père".

Mais c'est ce difficile apprentissage de la paternité qui est toujours au cœur de l'ouvrage. "Un motif universel" selon Arnaud Friedmann. "Ce sont les questions que tout le monde se pose quand on a un enfant. On est un peu stupéfait et on se demande : qu'est-ce que je peux lui transmettre ? Qu'est-ce que je peux lui raconter de moi ? Qu'est-ce que je peux lui livrer ?"

Et même s'il n'écrit pas à la première personne, s'il n'est absolument pas le personnage de son roman, il admet s'y retrouver un peu plus, cette fois. "Jusqu'ici, je prenais des personnages féminins pour me cacher derrière comme dans 'La Fille d'après' (son précédent roman édité par La Manufacture de Livres en 2022, ndlr), reconnaît-il. C'est la première fois que je choisis un personnage masculin et qui a mon âge. Mais ça s'arrête là. Moi, je suis plutôt optimiste et positif dans la vie. Je laisse à mes personnages le côté sombre !"

Les trois vies d'Arnaud

Sa vie, justement, il la partage aujourd'hui entre ses trois métiers. En plus d'écrire, il est toujours employé à France Travail. L'amoureux des livres est aussi propriétaire associé de la librairie Les Sandales d'Empédocle à Besançon. "C'est comme avoir trois vies en fait, sourit-il. Comme écrire. Je peux changer de vie plusieurs fois dans la même journée. C'est crevant, mais c'est chouette !" 

Et le rythme va s'accélérer encore un peu plus ces prochains jours. L'auteur va enchaîner les rencontres avec le public.

Mercredi 3 avril, il sera chez lui aux Sandales pour la soirée de lancement du roman. Vendredi 5 avril, les lecteurs pourront le retrouver à Vesoul (Haute-Saône) à La librairie Chapitre 3 pour une séance de dédicace suivie d’un apéro littéraire.

Samedi 6 avril, il sera présent au Festi’Livre aux Auxons (Doubs) et participera dimanche 7 avril à la fête du livre d’Autun (Saône-et-Loire) "Lire en pays autunois". Un exercice qu'il adore. En espérant avoir visé juste avec son nouveau roman :"j'ai toujours envie que les gens soient questionnés, touchés, bouleversés", avoue-t-il.