Covid-19 : l'hôpital de Besançon réenclenche son plan blanc pour faire face à la deuxième vague

Malgré un nombre modéré de patients Covid admis à l'hôpital, le CHRU de Besançon a réenclenché son plan blanc jeudi 22 octobre. Le but : anticiper l’augmentation des prises en charge des cas Covid.
 

© Sophie Courageot - France Télévisions
Après Lons-le-Saunier et Pontarlier en début de semaine, c’est l’hôpital de Besançon qui a réenclenché, jeudi 22 octobre, son plan blanc. Pourtant, le nombre de patients Covid accueillis au CHU de Besançon reste pour l’heure modéré. "À ce jour, 23 patients atteints par la Covid-19 sont accueillis au CHU de Besançon dont 7 patients en réanimation", explique l’établissement dans un communiqué.

Ainsi, la décision est surtout préventive. L’idée est de préparer la deuxième vague et d’anticiper l’augmentation des prises en charge.

Des interventions déprogrammées

Qui dit plan blanc, dit mesures spécifiques. Pour augmenter le nombre de lits en réanimation, une première phase de déprogrammation de certaines interventions chirurgicales non-urgentes est prévue dans les prochains jours. "Cette mesure permettra de libérer les ressources humaines nécessaires pour faire face à la situation". Les droits de visite aux patients hospitalisés sont également restreints. Le CHU rappelle également, qu’il est obligatoire de respecter les gestes barrières au sein de l’établissement.

"Ces mesures et restrictions […] sont indispensables au vu du contexte sanitaire qui s’est particulièrement dégradé ces derniers jours", explique le CHU.

C'est quoi le plan blanc ?

Ce plan est déclenché dans des situations exceptionnelles avec un impact potentiellement majeur sur l’établissement de santé. Il prévoit la mise en place d'une cellule de crise et la mobilisation de personnels supplémentaires.

En 2020, un plan blanc a déjà été déclenché le 9 mars au CHU de Besançon, pour faire face à la première vague de Covid-19. Avant ça, le dernier plan blanc remontait à 2006, il avait été mis en marche lors d’une suspicion d’intoxication au monoxyde de carbone sur une soixantaine de collégiens.
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
santé société coronavirus/covid-19