Covid-19 : Les vaccinations ont débuté dans les Ehpad de Franche-Comté

La campagne de vaccination contre la Covid-19 a débuté en Franche-Comté. C’est le cas à l’Ehpad de Rochefort-sur-Nenon dans le Jura et à la résidence des Sept collines à Besançon où les résidents et le personnel soignant volontaires ont été vaccinés.

 Un médecin prépare une seringue avant une première injection de vaccin contre la Covid-19 dans un Ehpad. (ILLUSTRATION)
Un médecin prépare une seringue avant une première injection de vaccin contre la Covid-19 dans un Ehpad. (ILLUSTRATION) © Jean-Marc Loos - Maxppp

Elle a pris la décision toute seule. Madeleine Maugain a été l’une des premières résidentes de l’Ehpad de Courcelles de Rochefort-sur-Nenon à être vaccinée. " Si des fois ça peut nous soulager ". L’établissement a reçu les doses de vaccin mardi 5 janvier pour 55 personnes, résidents et personnel. " Nous sommes heureux et chanceux de bénéficier de cette campagne de vaccination si tôt " souligne Camille Parel, la directrice.

 

Reportage dans un Ehpad du Jura

 

Dans le Doubs, à Besançon, 60 résidents et 5 professionnels de santé de l’Ehpad des 7 collines ont bénéficié eux-aussi de la première injection du vaccin. " Nous faisons tout notre possible, dans chacun de nos EHPAD, pour faire adhérer les résidents et les professionnels à cette démarche de responsabilité sociétale visant à les convaincre qu’il y a plus de bénéfices que de risques à se faire vacciner, aux fins d’obtenir une immunité collective de plus de 60% " explique la direction dans un communiqué.

 

Vaccination Covid-19 à l'Ehpad des 7 collines à Besançon
Vaccination Covid-19 à l'Ehpad des 7 collines à Besançon © Mutualité Française

 

La première phase de vaccination est en effet réservée aux Ehpad. Depuis lundi 4 janvier, les personnes âgées, résidant dans ces maisons de retraite, sont les premières vaccinées si elles donnent leur consentement, parce qu'elles cumulent les risques à cause de leur âge et de la vie en collectivité. Sont concernés aussi les professionnels de santé à risque exerçant dans ces établissements. Au total, un million de personnes serait concernés en France.

La deuxième phase devrait avoir lieu " dans moins de quinze jours " selon Didier-Pierre Florentin, le délégué  départemental de l’ARS dans le Jura.

Dans l'ordre, les personnes âgées de 75 ans et plus, puis celles de 65 ans et plus et les professionnels de santé et médico-sociaux vulnérables en raison de leur âge ou de leur santé. Soit 14 millions de personnes en France.

Enfin troisième phase, la vaccination de masse avec là encore, une priorité pour les personnes âgées de 50 à 64 ans, "les professionnels des secteurs essentiels au fonctionnement du pays en période épidémique" (sécurité, éducation, alimentation), les personnes vulnérables et précaires et ceux qui les prennent en charge, "les personnes qui vivent dans des hébergements confinés ou des lieux clos", a détaillé Olivier Véran, le ministre de la santé. Ensuite, sera concerné "le reste de la population majeure". Les mineurs ne font pas l'objet de recommandations car les études cliniques les plus avancées n'ont pas inclus cette population

Pour l’heure, 20 établissements pilotes ont été désignés pour débuter cette campagne.

En Bourgogne, la liste est la suivante :

En Franche-Comté :

Ouverture de centres de vaccination

Mercredi 6 janvier, le maire de Belfort, Damien Meslot a fait savoir qu’un centre de vaccination sera installé dans le gymnase Le Phare, rue Paul Koepfler à Belfort, probablement le mardi 12 janvier 2020. " Les services de la Ville de Belfort se mobilisent pleinement, aux côtés de l’État, pour apporter la logistique nécessaire à l’ouverture de ce centre dans les meilleurs délais ".  

11 premiers centres de vaccination sont opérationnels en Bourgogne-Franche-Comté, à Dijon, Saint Apollinaire, Besançon, Auxerre, Nevers, Chalon, Dole, Lons, Vesoul et Trévenans indique l'agence régionale de santé. D’autres centres viendront rapidement améliorer le maillage du territoire pour limiter les déplacements.

Par ailleurs, l’ancien sénateur du Doubs et  maire socialiste d’Audincourt, Martial Bourquin, dit être " en capacité d’organiser très rapidement un centre de vaccination en lien avec l’ARS " tout comme les députés de la majorité, Denis Sommer, Frédéric Barnier, Barbara Bessot-Ballot et Christophe Lejeune " ouvrons des centres de vaccination dès le week-end prochain ! ". 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus/covid-19 vaccins santé société