Deux mois après la fin du confinement, les garages et les centres de contrôles techniques sont sous pression

En ce début d'été à Besançon, faire entretenir où contrôler son véhicule demande de l'anticipation. Si les ateliers sont restés parfois ouverts durant la crise sanitaire, les restrictions de circulation ont entraîné un fort ralentissement économique que les professionnels tentent de rattraper. .

© Jean-Stéphane Maurice
Pour Serge et Sylvie Peseux, gérants d'un garage à Besançon depuis 2001, c'est une situation jamais vue. Ils ne pensaient pas voir autant de clients ouvrir la porte de leur accueil depuis la fin du confinement le 11 mai. "Nous sommes restés ouverts, car nous avions l'autorisation, mais nous n'étions que deux, moi et ma femme, à l'atelier. Mes employés étaient confinés du coup même si j'ai pu m'occuper des voitures de certains de mes clients, nous avons forcement été débordés lorsque les gens ont enfin pu nous apporter leurs véhicules", nous explique Serge Peseux.
 

Nous sommes début juillet et des clients nous apportent leur voiture pour enlever les pneus hiver. Vous imaginez le retard qui a été pris.

Serge Peseux, garagiste

Dès la fin du confinement, les clients qui ont dû différer des réparations non-urgentes se sont rués vers les garages. Ces derniers ont dû faire face à plus de deux mois de demandes de travaux qui sont arrivées d'un coup. Serge a tout du garagiste à l'ancienne. Toujours souriant, proche de ses clients, malgré sa surcharge de travail, il prendra toujours cinq minutes pour regarder un train de pneus ou écouter un moteur si un client le lui demande. Par contre, les délais pour une réparation non-urgente se sont automatiquement allongés. "Aujourd'hui, il faut prévoir une quinzaine de jours d'attente pour avoir un rendez-vous à l'atelier même si on essaye de faire au mieux", nous explique Sylvie qui s'occupe de l'accueil des clients. 
 
Serge et Sylvie Peseux contrôlent la fiche de réparation d'un véhicule.
Serge et Sylvie Peseux contrôlent la fiche de réparation d'un véhicule. © Jean-Stéphane Maurice

Pour faire face à la demande croissante de sa clientèle, le couple de garagistes à été obligé de s'organiser. "Nous travaillons plus, car nous avons quasiment doublé le nombre de voitures qui passent chaque jour à l'atelier. On sent que les gens ont besoin de se sentir en sécurité dans leur véhicule depuis la crise. Ils veulent que l'on vérifie leur voiture avant un passage au contrôle technique ou que l'on fasse des réparations qu'ils auraient peut-être différées en temps normal. Nous sommes débordés, mais nous n'allons pas nous plaindre de travailler alors que d'autres secteurs sont en difficulté", nous explique le gérant du garage.  
Il ne reste plus une place pour mettre une voiture devant le garage de Serge et Sylvie Peseux.
Il ne reste plus une place pour mettre une voiture devant le garage de Serge et Sylvie Peseux. © Jean-Stéphane Maurice

Pour Sylvie Peseux, l'afflux de demande de réparations automobiles n'est pas seulement lié à la crise du Covid-19. "Nous avons vu arriver à l'accueil les vacanciers qui veulent faire contrôler leur véhicule avant un long trajet. Mais je pense que la fermeture de trois garages sur la ville de Besançon n'a pas arrangé les choses, et forcément les délais s'allongent. C'est la loi de l'offre et de la demande, mais nous trouvons toujours une solution pour les clients".

Il est donc fortement conseillé d'anticiper une intervention sur son véhicule. Si vous comptez partir en vacances au mois d'août en toute sérénité avec votre voiture, prenez rendez-vous dès maintenant pour bénéficier des derniers créneaux de libre avant les fermetures estivales. 
 
Fabien Fraccalaglio, gérant d'un centre de contrôle technique établit le diagnostique d'un véhicule.
Fabien Fraccalaglio, gérant d'un centre de contrôle technique établit le diagnostique d'un véhicule. © Jean-Stéphane Maurice


Trois semaines pour décrocher un rendez-vous au contrôle technique

Même constat dans les centres de contrôles techniques bisontins. Il faut attendre trois semaines pour avoir un rendez-vous. Il est donc nécessaire de s'organiser et de prendre les devants afin de ne pas risquer d'être verbalisé. Au niveau national, trois millions de véhicules n'ont pas pu être contrôlés durant le confinement. Il y a un important retard à rattraper. Fabien Fraccalaglio est gérant d'un centre Autovision à Besançon. Il s'est refusé de subir la même pression qu'au printemps 2018 où le durcissement de la réglementation avait entraîné un afflux massif de clients dans son garage. "Nous avons été fermés durant deux mois donc forcément nous sommes débordés par les demandes. Mais j'ai préféré allonger les délais de rendez-vous afin de garder un travail de qualité et respecter mes salariés. Nous contrôlons environ 30 voitures par jour, mais je me suis refusé à augmenter la cadence. De plus, nous devons prendre des précautions avant de rentrer dans un véhicule qui pourrait être potentiellement infecté. Tout cela prend du temps", nous explique le gérant.
 
Contrôle minutieux du châssis d'un véhicule
Contrôle minutieux du châssis d'un véhicule © Jean-Stéphane Maurice

Un délai supplémentaire a été accordé à tous les véhicules qui n'ont pu être contrôlés durant le confinement. Si vous deviez effectuer votre visite dans un centre agrée entre le 12 mars et le 23 juin, vous bénéficiez de 104 jours supplémentaires pour effectuer votre contrôle. Cette décision des pouvoirs publics a été salvatrice selon Fabien, car il était impossible de répondre à la demande. Néanmoins, il aurait apprécié un prolongement jusqu'à la rentrée afin de pouvoir rééquilibrer la charge de travail. "Si vous deviez passer le 24 juin, il n'y avait aucun délai supplémentaire pour vous, or, je prévois dans mon garage un retour à la normale pour la rentrée scolaire, car nous ne fermons pas pour les vacances" nous explique le gérant. 
 
Contrôle du moteur d'un véhicule.
Contrôle du moteur d'un véhicule. © Jean-Stéphane Maurice

La crise du Covid 19 est tombée au plus mauvais moment pour les centres de contrôles techniques. En effet, beaucoup d'automobilistes avaient devancé l'échéance des vérifications en mai 2018 pour échapper à un durcissement de la législation. Deux ans après, tous ces véhicules se sont présentés en nombre à la sortie du confinement.
 

Aujourd'hui, nous demandons à nos clients d'anticiper leur prise de rendez-vous pour un contrôle technique car nous avons trois semaines de délais.

Fabien Fraccalaglio, gérant d'un centre

Chaque poste de contrôle enchaîne les vérifications.
Chaque poste de contrôle enchaîne les vérifications. © Jean-Stéphane Maurice



 
Contrôle technique : votre véhicule est-il concerné ?
Le contrôle technique concerne tous les véhicules particuliers.
Le 1er contrôle est à faire au cours des 6 mois avant le 4e anniversaire de la 1re mise en circulation du véhicule.
Exemple : pour un véhicule mis en circulation le 1er juillet 2017, le 1er contrôle technique doit avoir lieu entre le 1er janvier 2021 et le 30 juin 2021.
Aucune convocation n'est envoyée. Le contrôle est à votre initiative.
Le contrôle technique ne décharge pas le propriétaire du véhicule de l'obligation de le maintenir en bon état de marche et en état satisfaisant d'entretien.
Source : servicepublic.fr 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
automobile économie déconfinement société