Doubs. À 10 ans, Nathan Roig, jeune footballeur du FC Grand Besançon pose le ballon sur la pelouse avant France-Portugal

Ce jeune joueur de foot du FC Grand Besançon a eu la chance de poser le ballon sur la pelouse, le 23 juin, avant le match France-Portugal. Nathan Roig, 10 ans, a gagné un concours organisé par Volkswagen. Le garçon et ses proches ont savouré ce moment ensemble en Hongrie, dans le stade de Budapest.

Nathan Roig, 10 ans, a eu le privilège d'installer le ballon avant le coup d'envoi de France-Portugal, le 23 juin
Nathan Roig, 10 ans, a eu le privilège d'installer le ballon avant le coup d'envoi de France-Portugal, le 23 juin © Michaël Roig

Tirer des buts dans le coffre d'une voiture peut mener très loin ! Nathan Roig, 10 ans, en sait quelque chose. Il est le gagnant d'un concours organisé par Volkswagen. Le constructeur automobile est un des partenaires de l'équipe de France de Football. Le jeune joueur du FC Grand Besançon n'a pas flanché, quand il s'est agi de loger le plus de ballons possible dans le coffre d'une voiture. La chance a fait le reste. Le papa du jeune garçon, concessionnaire de la marque de voitures, s'est vu proposer le lot par un de ses collègues. Tiré au sort, il n'avait pas d'enfant et devait renoncer à son gain. Au final, Nathan reçoit cette place et part au stade de Budapest (Hongrie), avec son père et ce collègue de travail chanceux. Ce 23 juin est un moment inoubliable, notamment pour le papa de Nathan.

Un lot inattendu

Ce gain était inespéré pour Michaël Roig. "Lorsqu'on lui a annoncé la nouvelle, Nathan n'y croyait pas du tout et il était hyper heureux", se souvient le père du jeune garçon. Poser le ballon sur le terrain où vont jouer les joueurs français est une grande récompense pour Nathan. Son papa le rappelle : "Il est passionné de football et joue depuis l'âge de 5 ans au club du FC Grand Besançon". L'adrénaline gagne alors la famille, qui ne sait pas à quoi s'attendre sur place. 

Un accueil royal

Tout commence le mardi 22 juin. Michaël Roig donne la permission du mardi et du jeudi", à son fils. "On est en fin d'année, je me suis donc permis ce petit écart", rit le papa. Il prend l'avion avec son collègue de travail pour la capitale hongroise, pour accompagner Nathan. "C'était un accueil de roi : on a été pris en charge à l'arrivée par l'UEFA (NDLR : l'asssociation qui s'occupe du football en Europe). On a eu droit à l'hébergement en hôtel 4 étoiles", s'émerveille Michaël Roig. De quoi occuper le temps de façon luxueuse, surtout le lendemain.
 

Mercredi 23, jour du match, le papa du garçon et son collègue restent dans leur fastueux hôtel. Pour Nathan, pas de temps mort : les équipes locales de l'UEFA viennent le chercher. Le jeune garçon découvre plusieurs surprises insoupçonnées, comme l'explique Michaël : "Il a le droit à un déjeuner avec les personnalités comme Sylvain Wiltord, ancien joueur de l'équipe de France de Football. On lui remet aussi le maillot à porter pendant la remise du ballon, et on le briefe sur ce qu'il faut faire. Il a eu le droit de visiter le stade avant les autres, quelques heures avant le match."

Nathan a pu manger notamment avec Sylvain Wiltord, ancien joueur de l'équipe de France de Football
Nathan a pu manger notamment avec Sylvain Wiltord, ancien joueur de l'équipe de France de Football © Michaël Roig


Le moment de gloire

Vient enfin le moment du match. Nathan s'impatiente, à l'approche du coup d'envoi. "Il était plutôt joyeux à l'idée d'aller donner ce ballon. C'était plutôt moi qui avait un stress au plus haut", raconte Michaël Roig. Un peu avant 21 heures, le papa et son collègue admirent Nathan qui dépose cette balle sur le terrain. Ils sont installés en tribune officielle : "pour nous, c'était match aux premières loges, avec les officiels, les boissons et les repas offerts". 

Le dénouement de cette journée est un peu assombri. Le garçon pronostiquait une victoire de la France, 2 buts à 1. Il n'en est rien. Les Portugais égalisent finalement contre l'équipe tricolore, 2-2. Il y a tout de même de quoi se réjouir, pour les trois hommes. "L'équipe aux deux étoiles" reste première de son groupe et se qualifie pour les huitièmes de finale, malgré cette contre-performance. De quoi laisser tout de même plein d'étoiles dans les yeux de Michaël, de son collègue et de Nathan. 

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
football sport jeunesse famille