Plan pour l'emploi des jeunes : les aides annoncées à Besançon par le Premier ministre Jean Castex

Accompagné des ministres du travail, de l'enseignement supérieur, et de l'éducation nationale, le Premier ministre a dévoilé à Besançon, ce jeudi 23 juillet, le plan gouvernemental en faveur de l'emploi des jeunes.  Une aide à l'embauche est prévue : 4000 euros, jusqu'à un salaire de deux Smic.
Le Premier ministre Jean Castex à Besançon ce 23 juillet 2020.
Le Premier ministre Jean Castex à Besançon ce 23 juillet 2020. © SEBASTIEN BOZON - AFP
Après la crise sanitaire, la crise économique. Selon les prévisions, 800 000 jeunes vont arriver sur la marché du travail, à la rentrée. Cette période sera très compliquée pour eux. Une remontée du chômage est attendue, après la crise sanitaire liée au coronavirus Covid-19.

Pour son premier déplacement en Franche-Comté, le Premier ministre était accompagné par Jean-Michel Blanquer, ministre de l'Education Nationale, Frédérique Vidal, ministre de l'Enseignement supérieur, de la Recherche et de l'Innovation, et Elisabeth Borne, ministre du Travail, de l'Emploi et de l'Insertion.
 
Besançon : le Premier ministre Jean Castex présente le plan jeunes


Les mesures gouvernementales du "plan jeunes"

Le "plan jeunes" présenté ce jeudi 23 juillet prévoit une enveloppe de 6,5 milliards d'euros sur deux ans face à la crise, avec la mesure phare, une aide aux entreprises de 4 000 euros pour favoriser 450 000 embauches de jeunes de moins de 25 ans d'ici janvier 2021.

Le plan table aussi sur la signature de 230 000 contrats d'apprentissage et 100 000 contrats de professionnalisation. Outre 100 000 places supplémentaires en service civique, il prévoit 300 000 "parcours d'insertion".
 
Le plan reprend aussi les aides, déjà en vigueur depuis le 1er juillet, pour les embauches de jeunes en alternance d'ici fin février : 5 000 euros pour un apprenti, ou un contrat de professionnalisation de moins de 18 ans, 8 000 euros pour un majeur.


 

Les réactions des députées du Doubs à ces mesures annoncées 

 

 

 


Chute historique du nombre d’embauches

 

Le nombre d’embauches par les entreprises a chuté de 40 % entre avril et juin 2020. C’est le constat effectué par l’Agence centrale des organismes de sécurité sociale, qui gère les cotisations des salariés.

La chute est historique. Le nombre de destructions d’emplois sur l’ensemble de l’année 2020 pourrait être de 900 000, selon les prévisions de l’assurance chômage.




Jean Castex a rencontré des jeunes dans un CFAI et une entreprise de micromécanique

La visite ministérielle a débuté ce jeudi 23 juillet au centre de formation d'apprentis de l'industrie de Besançon. Elle s'est poursuivie dans les locaux de l'entreprise Cryla, spécialisée dans la micromécanique.


   
Jean Castex, Jean-Michel Blanquer, Elisabeth Borne en visite au CFAI de Besançon, un centre de formation des apprentis.
Jean Castex, Jean-Michel Blanquer, Elisabeth Borne en visite au CFAI de Besançon, un centre de formation des apprentis. © AFP - SEBASTIEN BOZON



Le déplacement à Besançon s'est déroulé au lendemain de l'annonce par le président de la République Emmanuel Macron d'une aide à l'embauche des jeunes.

La visite s'est achevée par une table ronde sur l'emploi des jeunes, animée par Jean Castex. Pour suivre la table ronde ou la réécouter, c'est par ici :
 


Pendant cet échange avec le public, le Premier ministre a rappelé  l'urgence à agir : "on pourrait avoir une rentrée difficile (…) Il y a déjà des secteurs en difficulté, il faut nous y préparer."

Sur la question de l’emploi des jeunes et des investissements dans les secteurs d’avenir, Jean Castex a précisé : "ce sont les plus jeunes et les plus vulnérables qui sont les premiers concernés (…) Il faut aider les entreprises à se convertir, il faut les accompagner, il faut aider aussi les plus jeunes à se former à ces nouvelles technologies."

En introduction à son propos, le Premier ministre avait fait référence à la situation sanitaire et à l’importante des gestes barrières : "Petit virus est toujours là, je vous félicite de porter tous le masque !"
 

 




 

 












 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
emploi économie crise économique politique covid-19 santé société