Fusillade à Besançon : les élus réagissent, le sénateur Jacques Grosperrin propose un couvre-feu

La fusillade s'est déroulée dans le quartier de Planoise, mercredi 25 décembre. / © France Télévisions
La fusillade s'est déroulée dans le quartier de Planoise, mercredi 25 décembre. / © France Télévisions

Des coups de feu ont été échangés, mercredi 25 décembre, dans le quartier de Planoise, à Besançon. Au lendemain de la fusillade, les élus réagissent.

Par Mary Sohier

Une fusillade a éclaté dans le quartier de Planoise, à Besançon, mercredi 25 décembre, faisant trois blessés dont deux graves. Des hommes cagoulés avaient ouvert le feu sur un groupe, avec des armes "genre Kalachnikov". Face à notre caméra, ce jeudi 26 décembre, le maire de Besançon, Jean-Louis Fousseret, a qualifié ces actes d'"intolérables".

Florilège de réactions

Les candidats aux élections municipales à Besançon ont, eux aussi, réagi.

Dès mercredi soir, Anne Vignot, candidate écologiste et tête de la liste Besançon par nature, a apporté son "soutien" aux habitants du quartier de Planoise.

Dans un communiqué, Jean-Philippe Allenbach, candidat régionaliste aux élections municipales à Besançon, écrit : "On ne saurait tolérer plus longtemps que 5 % des habitants d’un quartier puissent pourrir la vie des autres 95 %  qui, eux, voudraient tout simplement pouvoir vivre  dans leur quartier toute tranquillité, tout comme on vit au centre-ville."
Jean-Philippe Allenbach lorsqu'il s'est présenté à l'élection présidentielle en 2002. / © BEP/LE PROGRES
Jean-Philippe Allenbach lorsqu'il s'est présenté à l'élection présidentielle en 2002. / © BEP/LE PROGRES

Eric Alauzet, candidat LREM pour les élections municipales de mars 2020 à Besançon a réagi au micro de Stéphanie Bourgeot : "C'est gravisssime. Il y a un impératif de reconquérir l'ordre républicain dans ce quartier. Il faut aussi que les gens sachent que quand ils viennent acheter de la drogue ici ils sont en train de nourir un trafic avec de la violence. C'est totalement inadmissible."

Jacques Ricciardetti, tête de liste du Rassemblement national à Besançon, a lui réagi sur Twitter : "La République à Planoise comme partout à Besançon doit s'imposer."

Ludovic Fagaut, candidat pour Les Républicains, a lui aussi tweeté : "Il nous faut restaurer l'autorité."


Karim Bouhassoun, chef de file du mouvement Bisontines Bisontins, a lui publié un commentaire sur Facebook : "Je ne participerai pas à la surenchère sur la fusillade à #Planoise. J'ai d’abord une pensée pour les familles, les riverains, ceux qui n'en peuvent plus."


Jacques Grosperrin propose un couvre-feu

Dans un communiqué, Jacques Grosperrin, conseiller municipal Les Républicains, propose l'instauration d'un couvre-feu : "Ma position a toujours été claire : mobiliser ensemble la police municipale et la police nationale. Ces situations dramatiques et préoccupantes qui impliquent de jeunes adolescents et des enfants nous incitent à franchir un pas de plus : il nous faut réfléchir à la mise en place d’un couvre-feu. J’appelle l’ensemble des politiques, au-delà de toute posture politicienne, à agir de concert pour trouver les moyens de résorber ce fléau qui nous touche tous."
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus