Guerre en Ukraine : "Cet afflux de réfugiés, c’est émouvant", deux chirurgiens de Besançon reviennent impressionnés de la frontière ukrainienne

Publié le Mis à jour le

Tous deux chirurgiens, Pierre-Charles Henry et Patrice Gayet ont conduit un convoi d'aide humanitaire en Pologne pour les réfugiés ukrainiens. Sur la route du retour, ils racontent la guerre et l'exode massif de réfugiés dans un pays européen.

Ce lundi 21 mars, les docteurs Gayet et Henry ont franchi Prague, en République Tchèque, depuis peu quand nous arrivons à les joindre sur leur chemin du retour. Fatigués, impressionnés. Avec l’association Ukraide, ils ont convoyé deux camions de 38 tonnes de marchandises du Doubs jusqu’à la Pologne, jusqu’à la frontière avec l’Ukraine.

Ils sont partis vendredi 18 mars. Après 16 heures de route, le déchargement peut commencer. Dans leurs camions, des produits d’hygiène et alimentaires non périssables et du matériel médical. « Dès qu’on disait qu’on avait du matériel médical, on nous demandait de l’insuline pour les diabétiques. A priori, l’insuline manque beaucoup » raconte le docteur Pierre-Charles Henry.

 

Très impressionnant, le nombre de réfugiés qui ne cessent de passer la frontière

Les médecins ont déchargé leur précieuse cargaison à Tomaszow Lubelski, à 60 kilomètres au nord de Lviv, en Pologne.  « Dans ce camp, ils sont complètement dépassés par l’afflux de réfugiés. Un centre commercial a été transformé en centre d’accueil et de transit. Là, les réfugiés ukrainiens sont tout de suite acheminés vers d’autres pays… Cet afflux de gens, c’est impressionnant, c’est émouvant. Des femmes, des enfants, beaucoup… Les hommes âgés de 18 à 60 ans sont engagés dans la guerre… On a quand même rencontré des hommes, des Ukrainiens. Ils sont venus avec des camionnettes pour charger du matériel et repartir aussitôt de l’autre côté de la frontière, dans leur pays »  témoigne le docteur Henry.

Autre scène vécue à la frontière et racontée par Pierre-Charles Henry : « On a même vu un pianiste qui a joué quelques notes sur un piano, au milieu des marchandises. Franchement, ça prend aux tripes… »  

Près de 3,5 millions de personnes ont fui l'Ukraine et les combats déclenchés par l'invasion de l'armée russe le 24 février, selon le décompte de l'ONU publié lundi 21 mars.
Dix millions de personnes, soit plus d'un quart de la population en Ukraine dans les territoires contrôlés par Kiev avant le conflit, ont désormais fui leurs foyers en raison de la guerre "dévastatrice" menée par la Russie.

L'émotion est aussi palpable dans la voix du docteur Patrice Gayet. Lui, a été choqué par la proximité géographique du conflit : « Je suis chirurgien pour Médecins Sans Frontières. J’ai l’habitude d’interventions en Syrie, au Darfour ou encore au Libéria. C’est la première fois que j’assiste à un tel exode dans un pays européen. Il suffit de traverser l’Allemagne et la Pologne, et on est dans un pays en guerre. Avec un afflux massif de réfugiés. Pour se rendre compte, juste un chiffre, il arrive 5.000 réfugiés toutes les six heures dans le camp où nous étions… Alors que c’est vraiment proche de chez nous. C’est saisissant que la guerre se déroule si près de chez nous .»  Pierre-Charles Henry renchérit : « Moi je suis allé deux fois en Roumanie en convoi humanitaire juste après la chute de Nicolae Ceausescu. C’était un pays où il n’y avait pas la guerre… Là, c’est vraiment impressionnant ! »  

Des livraisons prévues tous les 15 jours  

L’association Ukraide compte environ 150 bénévoles. Ils vont être encore mobilisés. Tout comme les transporteurs routiers qui ont permis l’acheminement des marchandises. Pour cette première expédition, deux entreprises bénévoles ont participé, la société Vivot gérée par Sylvain Tournier et une autre, conduite par Christophe Bossonet. D’autres transporteurs devraient participer aux prochains convois. Ukraide prévoit, en effet, de poursuivre son aide humanitaire. Elle envisage même un convoi tous les 15 jours. Patrice Gayet a déjà fait la liste des besoins sur place : « On revient avec une liste précise. Pour les médicaments, ils ont besoin d’insuline, de morphine, d’anti-inflammatoires, d’antibiotiques, de médicaments pour femmes enceintes et pour les bébés  Sans oublier les produits d’hygiène, alimentaires non périssables, du matériel scolaire, des jouets... ».

Une nouvelle opération d'appel aux dons va être lancée par Ukraide et une quinzaine de points de collecte seront mis en place en Franche-Comté pour que particuliers et entreprises puissent participer à l'aide humanitaire pour les réfugiés ukrainiens.

Voici les besoins des réfugiés ukrainiens 

  • lessive, notamment douces pour le linge des enfants et des bébés
  • lits de camp et des oreillers type "écrevisse"
  • matériel scolaire : crayons, feutres, cahiers, pâte à modeler, bloc à dessin, sac à dos
  • produits alimentaires non périssables
  • friandises, comme sucettes et bonbons, emballées séparément
  • produits d'hygiène, savons et shampoing pour enfants, serviettes périodiques...
  • produits de puériculture
  • médicaments tels pansements, garrots, analgésiques, contre la diarrhée, la cystite, l'hypertension artérielle, pastilles contre la toux...

Plus d'infos sur la page facebook Ukraide