Il veut pouvoir marcher pieds nus partout !

Un Strasbourgeois a saisi le tribunal administratif de Besançon (Doubs). Il s'est vu refuser plusieurs fois l'entrée de la Citadelle Vauban. Car il n'avait pas de chaussures aux pieds. Le tribunal rendra sa décision dans trois semaines.

Par Sophie Courageot

Il s'appelle Mickaël Lechantre. Cet ingénieur informaticien de 33 ans marche pieds nus été comme hiver. Dans l'herbe, la neige, le sable ou sur le goudron.

L'homme invoque les libertés individuelles d'aller et venir. Il conteste le règlement de la Citadelle de Besançon qui demande aux visiteurs d'être chaussés, tout simplement pour des raisons de sécurité dans ce lieu chargé d'histoire, d'escaliers et de vieilles pierres.

Il veut pouvoir marcher pieds nus à la Citadelle
Mickaël L. a saisi le tribunal administratif. Le règlement intérieur du monument interdit l'entrée aux personnes non chaussées. Interview : Laurence Moragas, directrice de la Citadelle - patrimoine mondial. Reportage P.Schnaebele et F.Le Moing.


Le tribunal administratif examinait sa requête aujourd'hui

Le rapporteur public a conclu au rejet de cette requête, estimant que "l'interdiction totale de marcher pieds nus dans toutes les parties du site vise à garantir dans un établissement recevant du public le respect des règles de sécurité, d'hygiène et de civilité".
Le tribunal rendra sa décision d'ici trois semaines.

Mickaël Lechantre se dit prêt à aller "jusque devant la Cour européenne des droits de l'homme" pour faire valoir sa "liberté individuelle" et "obtenir une jurisprudence".

Je ne nuis à personne en étant pieds nus. Je demande juste qu'on me laisse vivre ma vie"

a-t-il déclaré.

La Citadelle n'est pas un lieu où l'on peut marcher pieds nus

Selon Me José Oliveira, avocat de la Citadelle, "le principe d'une liberté publique est qu'on peut la limiter si elle est justifiée, ce qui est le cas ici".
D'après l'avocat le port des chaussures est indispensable pour arpenter les remparts élevés et des parties extérieures empierrées du site en toute sécurité.
Autre argument pour Me Oliveira, marcher pieds nus "porte atteinte à la dignité d'un lieu de mémoire comme le Musée de la résistance et de la Déportation où l'on comprend l'importance des chaussures", qui étaient retirées aux déportés pour les humilier.


 

Sur le même sujet

Les + Lus