Cet article date de plus de 6 ans

Les images de la visite du premier ministre Manuel Valls à Besançon

Au lendemain de l'élection sénatoriales et d'un nouveau revers pour la gauche, Manuel Valls s'est déplacé dans la capitale franc-comtoise sur le thème de la rentrée universitaire. 
Manuel Valls dans le tramway de Besançon
Manuel Valls dans le tramway de Besançon © France 3 Franche-Comté : Jean-Marie Baverel

Trois membres du gouvernement à Besançon


Le premier ministre était accompagné de Najat VALLAUD-BELKACEM, Ministre de l'Education nationale, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche, et de Geneviève FIORASO, Secrétaire d'État à l'Enseignement supérieur et à la Recherche. 

Les membres du gouvernement sont arrivés en tramway depuis les Hauts du Chazal jusqu'à la station Minjoz. Direction ensuite Canot en voitures officielles. 

durée de la vidéo: 00 min 30
Les ministres dans le tramway


C'était la première visite officielle en Franche-Comté de Manuel Valls en tant que premier ministre du gouvernement de François Hollande. 

Où sont-ils allés ? 


Vers 16h50, le Premier ministre est arrivé à la Résidence universitaire Canot rénovée récemment. Il y a rencontré des étudiants français et étrangers.

Ils s'est rendu ensuite au laboratoire de recherche FEMTO-ST (Franche-Comté Electronique, Mécanique, Thermique et Optique) sur le pôle Témis. Femto est l'un des plus grands instituts de recherches des sciences de l'ingénieur en France.

durée de la vidéo: 00 min 51
C'est quoi ce labo Femto ?

 

durée de la vidéo: 01 min 35
Coulisses de la visite à la cité universitaire

durée de la vidéo: 01 min 51
La visite de Manuel Valls à Besançon

 

3,1 milliards d'euros pour des "super-universités" en France
A Besançon Manuel Valls a lancé lundi, comme l'avait promis François Hollande en janvier, un nouvel appel d'offres pour mettre en place davantage de "super-universités" françaises ("initiatives d'excellence" ou Idex), qui vient s'ajouter à une première phase menée en 2011.

Cet appel d'offres sera doté de 3,1 milliards d'euros, puisés dans les fonds des investissements d'avenir (ex-grand emprunt), permettant de porter à plus de 10 milliards d'euros l'enveloppe consacrée à ces projets.
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
politique parti socialiste