INTERVIEW. Le chanteur franc-comtois Guillaume Aldebert nous parle du premier titre de son album "Enfantillages #4"

Le chanteur bisontin Aldebert continue son doux chemin dans le monde de la chanson pour enfants avec un quatrième album dont la sortie est prévue en août 2021. Ce mercredi 28 avril, il dévoile le premier titre, baptisé "Le Grand Voyage". Interview. 

Guillaume Aldebert a vendu plus de 700 000 albums.
Guillaume Aldebert a vendu plus de 700 000 albums. © Sony Music

La recette d'Aldebert reste la même et fait mouche à chaque fois. Une mélodie travaillée, des paroles poétiques et une douce mélancolie, attirent incontestablement les plus jeunes et rappellent les adultes à leurs années d'enfance insouciantes. Le Bisontin Guillaume Aldebert sort son quatrième album baptisé Enfantillages #4, le 27 août 2021. Ce 28 avril, il offre aux oreilles impatientes un premier titre intitulé "Le grand voyage", réalisé avec son fils Charlie et les talentueuses soeurs Berthollet, au violon et au violoncelle.

"D'où venons-nous, où allons-nous ?" interroge le petit garçon. "Puisque nous sommes de passage, alors chantons" lui répond son père. L'auteur compositeur interprète Guillaume Aldebert nous en parle avec la sympathie et l'entrain qu'on lui connaît. 

Le Grand Voyage - Aldebert

Sarah Rebouh : Dans quelles conditions est née la chanson "Le Grand voyage" ?

Guillaume Aldebert : C'est la chanson qui ouvre ce dernier album. Je suis très heureux de l'avoir enregistrée et de la chanter en duo avec mon fils Charlie. Il l'avait d'ailleurs déjà testée sur scène, puisqu'on l'interprétait en rappel à la fin des concerts sur la tournée Enfantillage #3. C'est un titre qui fait le lien entre les deux derniers albums Enfantillages finalement et qui a déjà eu une petite vie sur scène. En fait, Charlie nous a demandé où était sa soeur Lison, avant qu'elle ne naisse. Cela m'a invité à l'écriture. Ca m'a donné envie d'y répondre de façon onirique, en inventant une histoire de voyage. C'est une chanson basée sur une contemplation du cosmos. Ce n'est pas du tout une chanson triste en fait, c'est histoire de dire qu'on est tous de passage. 

Dans cette onirique épopée, cette aventure, nous n'avons pour bagages que des hypothèses. Dans cette infinie voix lactée où nos coeurs battent à l'unisson, les voyages forment la genèse.

Guillaume Aldebert, "Le grand voyage"

Guillaume Aldebert présente Enfantillage #4, disponible en août 2021.
Guillaume Aldebert présente Enfantillage #4, disponible en août 2021. © Sony Music

Parlez-nous de l'album Enfantillages #4... 

On a eu deux ans au lieu d'un pour enregistrer ce disque à cause du coronavirus. La thématique du voyage était à la base le fil conducteur de l'album. On voulait faire un tour du monde avec Enfantillage #4, en enregistrant un peu partout comme en Amérique, en Afrique... avec des chanteurs internationaux. On a dû revoir un peu le projet. On a fait ça par échange de fichiers, via le web. Evidemment, ça a un peu entaché la dimension humaine car il n'y a pas eu de vraies rencontres. C'est dommage. Dans Enfantillages #4, on aborde des sujets très actuels. Il y a une volonté d'ouverture sur le monde. C'est assez paradoxal, vue la situation dans laquelle on est d'ailleurs, mais moi ça n'a pas changé ma volonté d'écrire sur l'ailleurs. Le fait d'être resté coincé, ça m'a donné des idées et ça a développé mon imagination.

Justement, comment vivez-vous cette période en tant qu'artiste ?

On s'est toujours adapté en fonction de ce qu'on pouvait faire malgré la pandémie. L'idée c'est de pouvoir s'exprimer quels que soient les problèmes. On a pu continuer à travailler, en tout cas en studio. C'est évidemment plus compliqué pour les 15 personnes qui m'accompagnent en tournée. On se projette sur septembre. On a commencé à travailler sur le décor, sur la scénographie d'Enfantillages #4. En tout cas, on est dans cette espérance et dans cette projection sur la rentrée. Moi je voudrais monter sur scène dans n'importe quelles conditions, même masqués, même avec les distanciations physiques, même en maillot de bain ! On a tous envie de retrouver les gens. Moi j'ai méga hâte en fait. J'ai eu la chance de pouvoir travailler sur cet album et également sur le projet "Mortelle Adelle", mais je n'en peux plus d'être à mon bureau. Défendre la chanson sur scène, c'est vraiment ce qu'il y a de plus excitant. 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
musique culture événements sorties et loisirs