OHéHOo : la chanson de l'été qu'il fallait pour se déconfiner la tête

"Lève les mains et danse!" C'est l'injonction de ce titre très festif imaginé par le bisontin KaLéLA. Il y a tous les ingrédients qu'il faut pour (peut-être) faire le tube de l'été : synthés, ligne de basse, notes d'accordéon, voix latine et texte pas compliqué. OHéHOo : on danse ?

KaLéLA et la chanteuse Alice, qui l'accompagne sur OHéHOo
KaLéLA et la chanteuse Alice, qui l'accompagne sur OHéHOo © DR
On s'était dit pendant ces semaines de confinement que le "monde d'après" serait différent. Et bien, on ne sait pas encore si cela va être le cas, mais il y a une chose que le Covid-19 n'aura pas douché, c'est l'envie d'écouter une bonne vieille chanson de l'été.

Vous savez ? Ces mélodies qui débarquent chaque année et qui rythment les voyages sur l'autoroute du soleil, la sono du barbecue et les soirées mousse.

Ces morceaux qu'on a (parfois) un peu du mal à assumer, au nom d'une pseudo branchitude toute française à moins que cela ne soit le culte de la langue de Molière interdisant tout déhanché.

Bref, quoi qu'il en soit, chaque année ou presque on y a droit, de la Lambada à la Macarena en passant par Despacito..ou encore de Yakalelo à..OHéHOo !

Ah...Yakalelo..et son refrain, le ciselé "Yakalelo Yakalelo, Yakalelo Yakalelo".


Oui, on sait, vous l'avez dans la tête. Nous aussi. On fait avec, ça devrait passer dans deux heures.

Et le pire, c'est qu'on a d'abord collé OHéHOo avec Yakalelo pour la rime. Avant de se rappeler leur principal point commun : ces deux titres sont Made In Franche-Comté ! 22 ans après Nomads, c'est donc KaLéLA qui s'y colle.

Alors, vous cliquez, on écoute, et on s'en parle en dessous.
OHéHOo : le tube de l'été made in Franche-Comté ?

Bon. Voilà. C'est bon ? Vous l'avez bien en tête le "collé-serré, ambiance CALIENTE" ? 

Sous ce titre, se cache KaLéLA, un batteur qui arpente depuis plus de vingt ans les scènes comtoises avec des groupes de pop-rock, Shiva Rosa et Lily and the Kings pour ne citer que les plus récents.

Un garçon de 47 ans qui se nomme, dans la vraie vie, Frédéric Kerbidi. Celui que tout le monde appelle "Fred K" est originaire de la Réunion, il a rejoint la métropole et Besançon à l'adolescence.
Et là-bas, quand quelqu'un débarque dans une soirée, on dit en créole "lé la", au lieu de "il est là".

Bref, voilà pour "KaLéLA". Quant à OHéHOo, il aura mis trois ans à l'écrire. Car la chanson de l'été est un peu à la musique ce que la carte postale est à la photographie, un genre qui a l'air tellement simple alors qu'il est si dur à assimiler.

Après trois années durant lesquelles il aura fait, défait, refait son morceau, le transformant d'un titre très traditionnel à quelque chose de beaucoup plus électro, il était temps de le sortir. Surtout qu'un morceau de l'été qui sortirait en septembre, on a rarement vu ça.
 

"J'ai cette dualité en moi, depuis toujours. Moi, le grand fan du groupe de hard-rock Iron Maiden, qui me suis forgé à la musique pop rock avec Def Leppard, Police ou Green Day, j'ai toujours aimé la musique festive." Fred pense à la Compagnie Créole, plus récemment au Collectif Métissé, aux rythmes du sega créole traditionnel, à la musique qui fait danser.

Il y a la franchise d'admettre, chez ce musicien amateur qui est éducateur social, de vouloir composer un titre calibré pour faire danser les gens. Un morceau de musique populaire, avec des mots simples.

"Je vais être franc avec toi", nous dit-il. "Rien que le fait que tu m'appelles, que le journal et la radio locale aient déjà parlé de moi, rien que de voir le nombre de vues qui grandit sur Youtube en seulement 10 jours, j'ai déjà gagné."

En 10 jours, effectivement, on connaît des artistes qui aimeraient connaître un tel démarrage, le clip a déjà été vu 27 000 fois (on écrit cet article le 26 mai).

Un clip en version confinée. Car une fois que le morceau avait été mixé au studio Le Zèbre de Besançon, Fred devait tourner le clip dans une boîte de nuit le 20 avril dernier. Tout a bien entendu été annulé. 

Alors ils se sont filmés avec leur smartphone. Car KaLéLA n'est donc pas seul. La jeune Alice, 16 ans, a son importance dans le morceau, avec sa voix.

"Sa voix et ses phrases latines ! Cela fait partie des codes du genre. Au début, j'avais composé la chanson pour une seule voix, masculine. Et j'ai vite compris que pour être dans la tendance, il me fallait rajouter une touche de féminité et surtout d'exotisme."

Pour l'instant, il n'y a pas que les médias, par l'odeur de la chanson alléchés, qui ont  contacté Fred. Une trentaine de radios et web-radios ont mis son titre dans leurs rotations. De quoi, nourrir en toute franchise et sincérité son rêve : faire danser les comtois sur "OHéHOo" et pourquoi pas les Français ?

C'est toujours possible. On appelle cela l'effet boule de neige de la chanson de l'été. Et ces derniers mois ont été tellement surréalistes, qu'on ne risquerait pas notre paire de tongs et notre t-shirt Waïkiki sur un pronostic, OHéHOo !




 

"
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
musique culture