Précarité étudiante : “Il y a un besoin, on y répond”, à Besançon, l’association de distribution alimentaire Cop1 ouvre une antenne

Une première distribution alimentaire aura lieu ce samedi 10 février 2024 dans les locaux de Hop hop hop, place Saint-Jacques à Besançon (Doubs). L’occasion pour les étudiants de trouver un panier avec des produits locaux et équilibrés.

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité

Bonne nouvelle pour les étudiants. L’association Cop1 Solidarités Etudiantes, association de distribution alimentaire, ouvre une nouvelle antenne à Besançon. Une première distribution aura lieu ce samedi 10 février 2024. 

Cop1 est une association nationale de solidarité faite “par et pour les étudiants”, précise Lola Barberousse, attachée de presse de l’organisation. Les bénéficiaires et bénévoles de l’association doivent être étudiants. Il n’y a aucune condition de ressources pour accéder à leur panier : “Il faut juste s’inscrire sur Internet

Les paniers ont une valeur entre 60 et 70 euros. Ils sont composés de produits frais, de conserves, de pâtes, de produits sucrés et de produits d’hygiène, notamment menstruel. “On essaye de produire un panier au maximum local et équilibré. On travaille avec des fournisseurs de fruits et légumes locaux” indique la chargée de communication. 

Ces produits sont financés par des institutions publiques (universités, Crous, mairies, ministères) et des groupes d’entreprises (qui financent ou font des dons). “Pour Besançon, on est spécifiquement financé par la fondation Axa qui nous a fourni des fonds”, informe Lola Barberousse. 

Cop1, sollicitée dans toutes les villes universitaires

L’association s’est créée à la suite de la crise de la Covid-19 sur un constat alarmant. “Les étudiants ont perdu leur emploi. Ils sont alors tombés dans une situation de grande précarité et ont eu besoin d’aide”, se souvient Lola Barberousse. La situation aurait pu revenir à la normale. C’était sans compter la montée de l’inflation : “On s’est rendu compte que la situation des étudiants ne s’améliorait pas, voire qu’elle empirait”

Cop1 est aujourd’hui sollicitée dans toutes les villes universitaires de France. “On s’implante en fonction de là où on trouve une réponse des institutions, des bénévoles et des bénéficiaires. Il faut aussi avoir des locaux et trouver des liens avec les banques alimentaires, les réseaux de produits locaux et les partenaires”, détaille la chargée de communication.

“Des particuliers nous ont même financés pour ouvrir à Besançon”

À Besançon, l’association a spécifiquement été sollicitée. “Des particuliers nous ont même financés pour ouvrir à Besançon”. Il faut dire que la ville compte entre 25 000 et 27 000 étudiants, selon la mairie. La demande est donc importante. Au début, ce seront des distributions bimensuelles. L’association doit prendre le temps de créer un lien avec les banques alimentaires et les associations sur place : “À terme, ça aura vocation à être hebdomadaire”.  

Pour l’instant, Cop1 ne s’est pas coordonnée avec les autres associations de distribution alimentaire. Elle vient compléter l’offre déjà disponible : “On propose un service gratuit pour les étudiants. Il n’y a pas de concurrence. L’idée est d’arriver à aider conjointement un maximum d'étudiants. Il y a un besoin et on y répond”. Les Josettes Bisontines, association caritative étudiante de Besançon, distribue également des produits alimentaires et d'hygiène deux fois par mois, le vendredi. 

Cop1 passe, elle, par les réseaux des universités et leur adresse mail pour informer de la tenue de distribution alimentaire et de la recherche des bénévoles. Pour le moment, des personnes se sont inscrites pour la distribution de ce samedi. Mais l’association ne sait pas encore si ce seront des bénévoles réguliers.

La coordination nationale de Cop1 démarche l’intégralité des partenaires. “Après, évidemment, ce sera repris par les bénévoles de Besançon”, indique Lola Barberousse. Pour samedi, et la première distribution, 200 étudiants sont attendus.