"Quand j'ai appris que le Qatar était candidat, j'ai cru à un poisson d'avril" : à quelques semaines du Mondial, l'ancien arbitre Michel Vautrot se confie dans Parole Publique

Publié le Mis à jour le
durée de la vidéo : 07min 31
L'ancien arbitre international Michel Vautrot est l'invité de Parole Publique le 2 octobre 2022 ©France 3 Franche-Comté

C'est notre nouveau rendez-vous du dimanche : Parole publique, un entretien avec une personnalité comtoise. Ce 2 octobre, Jérémy Chevreuil recevait l’ancien arbitre international Michel Vautrot, qui a officié pour cinq matchs de Coupe du monde de football.

"C'est prendre les gens pour des imbéciles".

Michel Vautrot a toujours son franc-parler. A 76 ans, il porte un regard critique sur l'organisation de la Coupe du monde de football au Qatar, qui débute dans 50 jours. 

Au-delà du Mondial, le retraité, originaire d’Antorpe, aux confins du Doubs et du Jura, revient dans Parole Publique sur son destin hors norme, lui qui ne fit jamais de sport, handicapé enfant par une maladie cardiaque.

Ce supporteur du Racing Franc-Comtois, basé à Besançon, gravit pourtant une à une les marches de l'arbitrage, jusqu'à officier pour 5 matches de coupe du monde (dont le match d'ouverture et la demi-finale Argentine-Italie à Naples en 199), la finale de l'Euro 1988 Pays-Bas-Union soviétique en Allemagne, la finale de la coupe d'Europe des clubs champions 1986 et la bagatelle de 355 matches de première division.

Pour son dernier match de D1, le 22 mai 1991, un train de supporteurs quitte Besançon pour Nice. "Michel, Michel !" Dans les tribunes, le public scande le prénom de l'arbitre. Du jamais vu !

Michel Vautrot a reçu moult récompenses, la Légion d'honneur en 2009 (attribuée par Jacques Chirac, remise par Nicolas Sarkozy), ou le titre de meilleur arbitre mondial en 1988 et 1989.

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité