• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ÉCONOMIE
  • DÉCOUVERTE
  • JUSTICE
  • SPORT

Vous aimez flâner dans la ville. Vous aimez aussi marcher en pleine nature. Alors, Besançon est faite pour vous !  Suivez-nous, nous vous proposons 3 randonnées pour découvrir une ville de patrimoine et de nature.

La ville au rythme de la marche

Une boucle de la rivière Doubs et à l'intérieur une ville. Bienvenue dans le centre historique de Besançon. Sa dimension est idéale pour les randonneurs.

Notre balade débute place du 8 septembre 1944. Les Bisontins l'appellent aussi "place Saint-Pierre", du nom de l'église qui fait face à l'hôtel de ville.

Sur cette place, à partir de 1290, les hommes chargés de famille se réunissaient chaque mois de juin. Ils désignaient, à main levée, les maires de la ville. Car Besançon possèdait un privilège accordé par les empereurs germaniques : celui des libertés communales.

A présent, suivons les pas des citoyens qui vivaient ici il y a près de 2000 ans. La grande-rue est en effet l'axe principal de l'ancienne Vesontio, ville gallo-romaine.

Pour la suite de la promenade, des quais jusqu'à la citadelle, c'est par ici :

 
Randonnée urbaine à Besançon
Nous vous emmenons pour une rando urbaine au coeur de la ville de Besançon. Reportage : R. Advocat et M. Hecky
 
  • Les habitations en pierre de calcaire veiné de bleu et d'ocre
  • Le quartier Battant, qui a été la "banlieue" de la ville gallo-romaine
  • Les tours bastionnées conçues par Vauban
  • La montée à la citadelle...
... Ce sont quelques uns des points forts de la randonnée. Suivez notre guide, Frédérique Coobar :


 

L'histoire de la ville de Besançon
Intervenante : Frédérique Coobar, chargée de mission culture et tourisme. Reportage : R. Advocat et M. Hecky.



 

Besançon et son célèbre vignoble

Besançon a été une ville célèbre pour son vin. Il y avait près de 2000 hectares consacrés à la vigne, une superficie équivalente à celle du vignoble jurassien actuel. Besançon était réputée pour la qualité de sa production, en particulier auprès des ducs de Wurtemberg. 

De ce patrimoine, il reste quelques traces dans le paysage urbain. On y trouve par exemple d'anciennes caves de vignerons, dont certaines sont transformées en salles de restaurant. Ouvrez l'oeil pendant votre promenade dans la ville.
 

Mais pour retrouver les traces les plus visibles de ce passé viticole, il faut marcher sur les collines qui entourent Besançon. En particulier, celle de Chaudanne. Là, d'anciennes cabordes ont été restaurées.

 
Une caborde bien restaurée, sur la colline de Chaudanne, à Besançon. / © R. Advocat
Une caborde bien restaurée, sur la colline de Chaudanne, à Besançon. / © R. Advocat

 
Les cabordes sont de petites constructions en pierre qui parsemaient les vignes. Elles sont faites de pierres superposées, sans mortier. Elles servaient d'abris pour les vignerons et permettaient d'entreposer des outils.

Toujours sur les collines de Besançon, et en particulier sur celle de Chaudanne, il reste les traces des anciens murets qui permettaient les cultures en terrasses de la vigne.

 

Les randonnées des cabordes de Besançon



Plusieurs randonnées sont organisées en été et en automne afin de découvrir les cabordes et le passé viticole de Besançon. Le programme complet des visites guidées est à télécharger sur le site de l'office du tourisme et des congrès du Grand Besançon.

Attention : Réservation obligatoire. La randonnée des cabordes est d'environ 8 km. Durée : 2 h 30. Chaussures de randonnée indispensables.



 

Sur le chemin des forts de Besançon

L'inconvénient d'une randonnée à la journée ? Il faut revenir au point de départ. Dommage, car des chemins et des paysages méritent d'être vus, quelques kilomètres plus loin.

Nous vous proposons donc de profiter d'un service parfaitement adapté aux randonneurs : le tramway de Besançon ! Départ de l'arrêt de votre choix, au centre ville, arrivée à l'arrêt du tram "Fort Benoît". De là, comptez entre 3 et 4 heures de marche, selon votre forme, et une dizaine de kilomètres  pour retrouver le centre ville.

Au programme : quelques petites montées pas trop raides, beaucoup de forêt, et des collines avec des points de vue sur Besançon et les environs.
  • Depuis l'arrêt du tram "Fort Benoît" : rejoindre la rue du fort Benoît, route D 413, pour entamer la montée
  • Rejoindre la rue des fours à chaux, puis le chemin des bois, jusqu'au belvédère
  • Continuer par le chemin sur la crête, jusqu'à la grotte du Renard (GR en violet sur la carte). Vous pouvez également prendre le sentier qui descend à flan de coteau, mais attention à ne pas descendre trop bas vers le Doubs.

 
© IGN
© IGN
 
  • Toujours dans la forêt, rester sur la ligne de crête pour arriver au sommet du mont de Bregille, vers le parcours sportif
  • Ensuite, rejoindre le fort de Bregille et emprunter le petite route qui redescend en ville
 
© IGN
© IGN
 
  • Autre possibilité, depuis le parcours sportif, prendre le chemin en contre-bas du fort de Bregille, pour rejoindre les prés de Vaux, au bord du Doubs, puis le centre ville
  • Pour prolonger la découverte, depuis le bord du Doubs aux prés de Vaux, prendre la passerelle sur le Doubs, à hauteur de l'ancienne usine, et traverser la route, avant la porte taillée
  • Prendre la petite route très étroite et très raide sur la colline en face, pour retrouver la boucle du Doubs, faubourg Tarragnoz, puis le centre ville.


 
© IGN
© IGN