Un rassemblement féministe à Besançon contre la nomination de Darmanin et Dupond-Moretti ce vendredi à 18h

Le collectif des colleuses bisontines contre les féminicides organise un rassemblement féministe à Besançon pour protester contre le remaniement ministériel opéré par Jean Castex, nouveau premier ministre d'Emmanuel Macron. Le rendez-vous est donné à 18h ce vendredi devant la mairie de Besançon. 

Eric Dupond-Moretti et Gerald Darmanin.
Eric Dupond-Moretti et Gerald Darmanin. © MaxPPP
La nomination au ministère de l'Intérieur de Gérald Darmanin provoque l'indignation des associations et collectifs féministes. Pour cause, le ministre passé du Budget à l'Intérieur est visé par une plainte pour viol, de la part de Sophie Patterson-Spatz. L'enquête a débuté en 2017. "Je ne commente pas les affaires de justice en général et pas la mienne depuis trois ans", a expliqué Gérald Darmanin jeudi matin. Il a déclaré "avoir le droit à la présomption d'innocence".

L'avocat ultra médiatisé Eric Dupond-Moretti, désormais ministre de la Justice, est également pointé du doigt pour des prises de position anti-féministes. En 2018, ce dernier avait déclaré "que siffler une femme, que ça devienne une infraction pénale, c’est ahurissant", en plein débat sur la création d’un délit d’outrage sexiste. Le nouveau garde des Sceaux a toujours eu des positions tranchées et sévères sur leur combat ou les mouvements #Metoo et #Balancetonporc.

Les manifestations contre ces nominations ministérielles sont nombreuses en France ce vendredi. En Bourgogne-Franche-Comté, l'une d'entre-elle s'est tenue à Dijon ce vendredi matin. À Besançon, le rendez-vous est donné ce même jour à 18h devant la mairie, esplanade des droits de l'homme. 

"Reflet du patriarcat"

"Contre la nomination de Darmanin, accusé de viol, au poste de ministre de l’Intérieur, et contre la nomination de Dupond Moretti, anti-féministe notoire, au poste de garde des sceaux. Apportez vos masques et vos pancartes !" appellent les organisatrices, via les réseaux sociaux. "Trois ans après #MeToo, l’État Français montre une nouvelle fois que le bien-être et la sécurité des femmes n’est pas une priorité. (…) Quel message renvoie le gouvernement français aux femmes hésitant à porter plainte pour viol ?", ajoutent-elles.

Et de conclure : "La décision de nommer Darmanin ministre de l'Intérieur et Dupond-Moretti ministre de la Justice n'est pas seulement un reflet du patriarcat institutionnel, mais montre également que la justice ne s'applique pas de la même manière selon le rang social. Les lois et la constitution ne sont pas une menace pour ceux qui détiennent le pouvoir, qui peuvent commettre les pires crimes sans craindre de perdre leurs privilèges."

Une pétition mise en ligne et rassemble près de 100 000 signatures. Elle réclame "un gouvernement qui ne promeut ni racisme, ni culture du viol, ni LGBTQIA+phobies."
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
manifestation économie social féminicide société femmes