Ravel à la sauce rock/jazz/métal au Festival de musique de Besançon

© Guillaume Bonnefont - maxPPP
© Guillaume Bonnefont - maxPPP

Le 71e Festival international de musique de Besançon Franche-Comté qui s'ouvre vendredi fera la part belle aux XIXe et XXe siècles avec, le 14 septembre, 24 musiciens de rock, de jazz et de métal pour interpréter quelques "tubes" de Ravel ou Saint-Saëns.

Par Sophie Courageot

Batteurs, guitaristes et bassistes réinterprèteront électriquement le Boléro de Ravel, la Danse macabre de Saint-Saëns ou encore la Sarabande de Haendel au Moloco, un espace musical situé à Audincourt, dans les faubourgs de Monbéliard.

"Ce projet a une résonance toute particulière pour nous qui avons toujours défendu les passerelles entre musiques actuelles et musique classique", souligne David Demange, le directeur de la salle qui coproduit le concert.

"On met des barrières là où il n'y en a pas. Ces guitaristes, ces batteurs se sont dit +mais nous aussi on aime bien la musique classique et on veut en jouer+", renchérit Jean-Michel Mathé, directeur du Festival.
    
Plus de trente concerts sont au programme de cette 71e édition. Après un record de fréquentation l'an dernier -24.000 spectateurs-, le festival propose une programmation éclectique avec le traditionnel concert d'ouverture, gratuit, assuré par l'Orchestre d'harmonie de la garde républicaine.
    
Suivront le Prague Philharmonia, le 8 septembre, l'Orchestre national de France, le 11 et l'Orchestre de chambre de Lausanne pour le concert de clôture, le 16.

Des solistes de renom sont également attendus comme les pianistes Jean-Marc Luisada et François Dumont, la mezzo-soprano Albane Carrère, le violoncelliste Edgard Moreau ou les chefs d'orchestre Jean-François Verdier et Emmanuel Villaume.

"La programmation offre une belle place aux XIXe et XXe siècle autour de la musique française", note Jean-Michel Mathé.
  
Un concert "Anniversaires" célèbrera les 150 ans de la mort de Rossini, les 100 ans de la mort de Debussy et les 100 ans de la naissance de Bernstein, le 12 septembre, avec des oeuvres atypiques de ces compositeurs.
"Ce n'est pas un festival élitiste mais un festival exigeant", ajoute son directeur.
 
Le programme complet sur www.festival-besancon.com
 

Sur le même sujet

toute l'actu musique

Prélèvement à la source : les entreprises s'organisent

Les + Lus