Saint-Laurent-sur-Sèvre : il y a un an, le père Olivier Maire, originaire de Besançon, était assassiné

Publié le Mis à jour le

Le 9 août 2021, le père Olivier Maire, Bisontin d'origine, était tué par un réfugié rwandais qu’il hébergeait. Un hommage lui sera rendu à Saint-Laurent-sur-Sèvre en Vendée où il dirigeait la Communauté des Frères Montfortains.

Olivier Maire était le supérieur des missionnaires Montfortains à Saint-Laurent-sur-Sèvre en Vendée. Cette communauté hébergeait depuis plusieurs mois Emmanuel A., réfugié rwandais qui avait déjà effectué des séjours en hôpital psychiatrique. Cet homme, âgé de 40 ans, est également soupçonné d’avoir allumé l’incendie de la cathédrale de Nantes en 2020.

C’est lui qui va se rendre à la gendarmerie au matin du 9 août pour signaler qu’il a découvert le père Olivier Maire décédé. Le prêtre est décédé de violents coups portés à la tête.

Hommage unanime 

Olivier Maire est né à Besançon. Il a effectué une partie de sa scolarité au collège privé de Pelousey, près de Besançon, géré par les Montfortains. Ensuite, après des études de biologie et de psychologie, il passe une thèse en théologie à Rome. Il est ordonné prêtre en 1990. Direction l’Afrique, notamment l’Ouganda, avant de revenir en France et de prendre la direction de cette communauté.

Il est âgé de 61 ans quand il est assassiné et son décès suscite une vague d’hommages : homme bon, cultivé, à l’écoute, généreux. Tous louent son sens de la charité, son humanisme.

Laurent Percerou, évêque de Nantes, loue « les qualités d’écoute » et « la bienveillance » du défunt. Un « pasteur des âmes, homme de bien », « mort victime de sa générosité, martyr de la charité », déplore encore l’évêque de Luçon.

A Besançon, où résident ses parents, très âgés, et ses frères, c’est la consternation et une immense tristesse.

Plus de 800 personnes assistent alors à ses obsèques à Saint-Laurent sur-Sèvre, dont le ministre de la justice Éric Dupont-Moretti.

Une enquête toujours en cours

L’enquête se poursuit encore, un an après les faits. Emmanuel A. est toujours en hôpital psychiatrique. La thèse de la préméditation a été retenue et Emmanuel A. est donc poursuivi pour assassinat. Mais, impossible actuellement de dire si son état mental permet de le faire comparaître devant la justice.

Les commémorations, en hommage au père Olivier Maire, ont lieu en Vendée, où il a été inhumé. Ses parents et ses frères font le déplacement de Besançon à Saint-Laurent-sur-Sèvre pour y assister.

Une messe sera donnée ce mardi 9 août à 18H30 en sa mémoire.

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer des newsletters. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas des e-mails. Notre politique de confidentialité