Sainte-Soline et réforme des retraites : les préfectures du Doubs et de Haute-Saône interdisent les rassemblements et manifestations du jeudi 30 mars

Publié le Mis à jour le

Plusieurs appels à manifester le 30 mars ont été lancés dans 122 villes de France. Ils font suite notamment à la mobilisation contre les méga-bassines à Sainte-Soline, dans les Deux-Sèvres le 25 mars. En Haute-Saône et dans le Doubs, les préfectures prennent leurs précautions en interdisant toutes manifestations non-déclarées ce jeudi 30 mars en centre-ville.

En Franche-Comté, quatre points d'appels à rassemblement étaient lancés, à Besançon, Lons-le-Saunier, Belfort et Saint-Claude. Un appel à rassemblement lancé à 19 heures, devant les préfectures.

L'arrêté d'interdiction pris par les préfectures

La préfecture du Doubs, a publié cet arrêté en date du 29 mars. Même chose aussi en Haute-Saône. A Besançon comme à Vesoul, des incidents violents ont éclaté mardi 28 mars dans la Préfecture du Doubs après la manifestation contre les retraites.

Dans le détail, ces arrêtés interdisent le 30 mars toute "manifestation ou rassemblement revendicatif". Les services de la préfecture du Doubs évoquent dès le début de l'arrêté, le "rassemblement national lancé par des mouvements écologistes et environnementaux, pouvant regrouper plusieurs centaines de participants".

Nous avons contacté la préfecture du Doubs, pour connaître les motivations de cet arrêté. Les services du préfet indiquent "ne pas avoir connaissance des mesures envisagées par les organisateurs pour garantir la sécurité des participants".

"Il n’y a pas eu de déclaration préalable, ce qui est pourtant une démarche classique pour les organisateurs de manifestations. Cela vise à garantir la sécurité et la tranquillité. Le préfet n’a pas ces garanties de prévention des troubles à l’ordre public. Il refuse de prendre cette responsabilité d’autoriser ces rassemblements", complète la préfecture du département. 

Ces arrêtés ont été publiés, à la suite d'un appel national à manifester "devant les (sous)-préfectures, en soutien aux deux manifestants dans le coma, aux blessés de Sainte-Soline et du mouvement des retraites, et pour la fin des violences policières". Plusieurs associations et partis politiques se sont joints à l'appel lancé par les Soulèvements de la terre, la Confédération Paysanne, Attac France ou encore le NPA.

La colère et l'incompréhension de la Confédération Paysanne

Nicolas Girod, paysan en lait à comté dans le Jura et porte-parole national du syndicat agricole ne comprend pas qu’on puisse interdire ces rassemblements. “Le cœur de l’appel à rassemblement, c’est bien le soutien et l’attention aux personnes qui ont été blessées, sont sous le choc des affrontements, et dans les manifestations des retraites et à Sainte-Soline” confie le Jurassien à France 3 Franche-Comté.

On s’inscrit dans un mouvement de solennité, de solidarité avec les victimes, et on nous fait le coup de l’ultra-gauche, c’est inacceptable !  

Nicolas Girod, porte-parole national de la Confédération Paysanne.

Pour le syndicaliste, pas question de renoncer. Une réunion est prévue en début d'après-midi. “Je ne vois pas comment, on ne va pas se retrouver. On va trouver les moyens pour le faire le plus sereinement”. 

"On jette le discrédit sur tout le mouvement écologiste", dénonce Dominique Voynet 

Dominique Voynet, secrétaire régionale EELV en Franche-Comté déplore elle aussi ces interdictions de manifester. ”Les écologistes ont fermement condamné les violences, d’où qu’elles viennent, que ce soit des manifestants radicaux qui n’étaient pas préoccupés par la problématique de l’eau à Sainte-Soline, que des forces de l’ordre” dit-elle. “La réponse doit être proportionnée. L’usage d’armes de guerre est inacceptable" ajoute-t-elle. L’ancienne ministre de l’Environnement rappelle qu’à Sainte-Soline, la majorité des personnes présentes pour s’opposer aux méga-bassines était pacifiste.

C’est toute une stratégie de maintien de l’ordre qui doit être revue.

Dominique Voynet, secrétaire régionale EELV Franche-Comté

Selon elle, le gouvernement, en prenant des arrêtés interdisant les manifestations "jette le discrédit sur tout le mouvement écologiste”. Dominique Voynet s’inquiète du virage sécuritaire du gouvernement. “Petit à petit, nos libertés sont grignotées. Les écologistes seront présents ce soir malgré tout avec des mots d’ordre qui montrent notre pacifisme, à Besançon par exemple, des fleurs seront distribuées” précise l’écologiste.

Sainte-Soline : deux hommes dans le coma

À Sainte-Soline (Deux-Sèvres), un projet de "mégabassines" suscite des protestations. Il s'agit de grandes étendues d'eau, qui doivent servir pour l'agriculture. Ces bassins créés de façon artificielle divisent. Des affrontements sont survenus entre les forces de l’ordre et plusieurs milliers de manifestants, le 25 mars dernier. 

Deux manifestants ont été blessés et sont dans le coma, à la suite de ces événements. 

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité