• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ÉCONOMIE
  • DÉCOUVERTE
  • JUSTICE
  • SPORT

Transports, santé, retraités : qui sera dans la rue ou en grève ce mardi ?

© Julien Mattia / Le Pictorium
© Julien Mattia / Le Pictorium

Plusieurs organisations appellent à manifester contre la politique menée par Emmanuel Macron et son gouvernement mardi 9 octobre 2018. Des rassemblements sont organisés un peu partout dans la région. 

Par S.C avec AFP

Trois organisations appellent à la grève


La CGT, FO et Solidaires ont lancé un mouvement interprofessionnel pour protester contre la politique "idéologique" du gouvernement et "la casse des droits collectifs". 
Cette date du 9 octobre avait été choisie par 9 organisations de retraités pour protester contre la revalorisation de leurs pensions, jugées trop faible, une mesure qui touchera des personnes déjà mises à contribution l'année dernière avec l'augmentation de la CSG. 

 

Etudiants, retraités, salariés, transports.... dans le mouvement ? 


Les étudiants de l'Unef et les lycéens de l'UNL seront aussi au rendez-vous mardi.
Dans les transports, des appels à la grève ont été lancés à la SNCF et à la RATP par la CGT, SUD et FO,  alors que le patron de la SNCF Guillaume Pépy vient de repasser à l'offensive sur le statut des cheminots, ce qui a fait bondir les syndicats. 

Pour Solidaires, il s'agit de dénoncer "les conséquences des politiques patronales et du gouvernement": malaise dans les hôpitaux psychiatriques, retraités en colère, mais aussi salariés du privé des magasins New-Look et Mac Donald's etc.

Les syndicats ont aussi en ligne de mire les élections professionnelles de la fin de l'année dans la fonction publique et scrutent un autre chantier risqué: la réforme des retraites. 

A Besançon, Belfort, et dans les grandes villes, les transports seront perturbés. Les urgences du CHU de Besançon entrent également dans un préavis de grève illimité. 
 


Le gouvernement d'Emmanuel Macron dans une mauvaise passe 


Un an après les ordonnances réformant le droit du travail, passées comme une lettre à la poste, et quelques mois après la réforme de la SNCF, le contexte est moins favorable pour l'exécutif. 
Sur le fond, les mesures des plans pauvreté et santé présentées en septembre par Emmanuel Macron n'ont pas apaisé les mécontentements. Sur la forme, le président de la République a vu deux poids-lourds du gouvernement, Nicolas Hulot et Gérard Collomb, quitter le navire dans le fracas et la confusion. 

Il y a deux semaines, la plupart des organisations syndicales sont ressorties assommées d'une réunion au ministère du Travail où elles ont appris que le montant des économies demandées dans le cadre de la nouvelle réforme de l'assurance chômage étaient de 3 et 3,9 milliards d'euros sur cinq ans. 

"Le gouvernement, et surtout le président de la République, oppose toujours les catégories entre elles : les retraités sont des privilégiés parce que soit disant ils seraient payés à rien faire, les chômeurs seraient des feignants", a déploré le secrétaire général de la CGT, Philippe Martinez sur France Inter.
 

Des rassemblements en Bourgogne-Franche-Comté


Plusieurs rassemblements sont prévus dans les huit départements de Bourgogne-Franche-Comté et notamment à 

►Bourgogne

Côte-d'Or
-Dijon : le rendez-vous est place de la Libération à 14h30

Nièvre
-Nevers : 14h30 sur l'esplanade du Palais Ducal

Saône-et-Loire
-Chalon-sur-Saône : à 14h 30 devant la Maison des syndicats
-Mâcon : à 14h devant la mairie
-Montceau-les-Mines : 15h devant la mairie


Yonne
-Auxerre : à 13h 30 sur la place de l’Arquebuse
-Sens : à 10 h


►Franche-Comté

Doubs
-Besançon : 10h30 sur la place de la Révolution
-Montbéliard : 14 h  sur le Champ de foire


Haute-Saône
Lure : 10h à 14h : manifestation devant le centre des finances publiques, rue de Bourdieu


Territoire de Belfort
-Belfort : 10h à la Maison du Peuple

 

Sur le même sujet

Hausse des carburants : un chèque transport va-t-il voir le jour en Bourgogne-Franche-Comté ?

Les + Lus