Travaux du tram : la CCI compte 200 emplois disparus !

Dominique Roy, président de la CCI, la chambre de Commerce et d'Industrie, a présenté une étude sur l'impact des travaux du tramway sur les commerces : il annonce la disparition de 200 emplois.

Cette étude a été réalisée en deux temps : début 2011, avant les travaux, et fin 2012, une fois les travaux déjà commencés. Deux zones ont été considérées : celle directement sur le trajet du tramway, l'autre se situant à proximité, dans un périmètre jusqu'à 200 m.
560 établissements ont été recensés : des cafés, des agences immobilières jusqu'aux bureaux de tabac. En deux ans, 28 commerces auraient disparu entraînant la perte d'environ 200 emplois.
Concernant le chiffre d'affaires, 66% des commerces disent l'avoir vu baisser d'au moins 10% (Près d'un tiers chiffre cette diminution à plus de 30%). 
Pour 12% des commerçants, il est en hausse, 21% il reste stable.
De plus, près de 8 commerçants sur 10 constatent un changement de clientèle. Problème de circulation, d'accès, de stationnement entraînent une baisse importante de fréquentation. Ils considèrent qu'ils ont moins de flux, moins de personnes extérieures et moins de personnes âgées.

La CCI assure que de nouvelles études auront lieu pour suivre l'évolution du nombre de commerces et d'emplois, encore pendant les travaux et ensuite, quand le tramway sera en service.


Inutile de dire que ces chiffres seront examinés avec attention du côté du Grand Besançon... Même si Dominque Roy, le président de la CCI, affirme que, à un peu plus d 'une année des élections municipales, il ne veut "ni déni, ni récupération politicienne..."
Son interview :


 

L'actualité "" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Bourgogne-Franche-Comté
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité