Une vingtaine de néonazis venus de toute la France sème la peur dans le centre-ville de Besançon

Entre jeudi 18 et samedi 20 mai 2023, un groupe d'une vingtaine de jeunes hommes, prêts à en découdre, a déambulé dans les rues du centre-ville de Besançon provoquant la peur et l'inquiétude chez des riverains. Explications.

La peur. C'est l'émotion qui a dominé chez nombre de noctambules jeudi 18 mai, mais aussi samedi 20 mai dans les rues du centre-ville de Besançon. La raison ? Une vingtaine de jeunes hommes à l'idéologie mortifère ont déambulé le soir avec l'envie bien visible d'intimider le maximum de personnes. Des néonazis locaux, rejoints par des Dijonnais, des Rennais ou encore des Parisiens, organisaient une "Journée de cohésion" en Franche-Comté, comme l'atteste une photo partagée sur un groupe numérique Telegram rassemblant la propagande de collectifs d'extrême droite à travers toute l'Europe.

Sur la photo ci-dessus, on peut apercevoir plusieurs drapeaux dont celui des "VDL BSK", groupuscule nationaliste local. Certains hommes font le signe à trois doigts ou "salut de Kühnen" en allemand. Il est une alternative au salut nazi, souvent utilisé par les militants nationalistes ou néo-nazis afin de contourner les législations interdisant le salut nazi. "Ce salut est illégal en Allemagne", comme le précisent nos confrères de Libération.

► À lire aussi : Besançon : comment l’ultra-droite nationaliste réinvestit la capitale comtoise et le fait savoir

"On a tous eu peur"

"Ils dégageaient quelque chose de violent. On avait l'impression qu'ils voulaient en découdre. Ils occupaient l'espace", nous confirme un habitant de Besançon, qui se baladait avec son épouse du côté du quartier Battant, vers 23h. 

Un peu plus tard, le cortège se dirige vers l'un des bars historiques de la ville, Les Passagers du Zinc. "On m’a prévenue vers 23h20 que 20 néonazis se baladaient en ville et se dirigeaient vers Battant. Ils sont arrivés rue de Vignier même pas 15 minutes après", nous rapporte la gérante du PDZ, qui a tout de suite contacté la police. 

Ils paradaient pour nous provoquer et finalement l’un d’eux s’est approché d’une personne qui filmait. Il a explosé son téléphone et l'a un peu bousculée.

Gérante du bar le PDZ à Besançon

"Il y avait au départ une petite dizaine de jeunes Bisontins. Suivis d’une dizaine de mecs issus de divers collectifs dont le GUD", détaille-t-elle. Elle décrit les individus comme "hyper baraques, clairement entraînés". "C'est la première fois qu'une descente de ce genre se passe devant mon bar, réagit la responsable des PDZ. On a tous eu peur en fait"

Le GUD, pour "Groupe union défense", est un groupuscule d'extrême droite particulièrement violent et actif en France depuis 1968. Le 6 mai à Paris, environ 500 militants cagoulés avaient défilé en mémoire de l'un des leurs. En sommeil depuis 2017, ses membres ont annoncé reprendre du service en 2022. Selon SOS Racisme cité par le JDD, le mouvement est une reconstitution des "Zouaves Paris", un groupe ultraviolent dissous en janvier 2022 par les autorités. 

Jointe par nos soins, la police de Besançon confirme que des contrôles ont été effectués. "Il y a bien eu des jeunes contrôlés ce week-end et une sécurisation a été effectuée au centre-ville comme nous le faisons régulièrement", nous a-t-elle expliqué.

Samedi 20 mai, un événement organisé par une association LGBTQI+ avait lieu à la salle de musiques actuelles La Rodia, à Besançon. Aux alentours de 22h30, le message est passé aux participantes et participants d'être prudents en quittant les lieux. "Ne rentrez pas seuls, faites attention", préviennent alors les organisateurs, informant de la présence dans le quartier d'un groupe de néonazis.

Des groupuscules de plus en plus visibles 

Alors que les démonstrations de force de jeunes nationalistes se multiplient ces dernières années à Besançon, l'inquiétude grandit notamment du côté des associations organisatrices d'événements à visée solidaire et sociale. Ce samedi 27 mai, une grande marche contre l'homophobie, la biphobie et la transphobie est organisée dans la capitale comtoise. L'an passé, des intimidations de la part de jeunes d'extrême droite avaient eu lieu aux abords de ce défilé.

Sur le groupe Telegram dont nous vous parlions plus haut, on peut également y voir une photo de drapeaux arc-en-ciel brûlés par d'autres nationalistes, en date du 18 mai 2023. Ce cliché, pris en marge de la Gay Pride de Fribourg en Allemagne, témoigne de l'homophobie assumée de ces groupuscules d'extrême droite. "Concernant la marche prévue ce samedi, nous serons présents afin d'encadrer le cortège, nous précise la police nationale. Des équipages BAC ont été fléchés tout le week-end sur le secteur du centre-ville ainsi que sur les quartiers Battant et Marulaz, à titre de vigilance".

Pour rappel, en août 2022, un cortège de jeunes néonazis avait déambulé dans les rues du centre-ville, entonnant des chants nazis et faisant des saluts hitlériens en pleine rue. La maire de la Ville, Anne Vignot avait réagi au micro de France 3 Franche-Comté (relire notre article).

"On n'est jamais protégés de cette calamité"

Joint par nos soins, la maire de la commune a une nouvelle fois confié son inquiétude face à la présence remarquée d'individus à l'idéologie raciste et nazie. "Cela fait un bout de temps que je prends la mesure de cette montée de l'idéologie nazie. Quand on appelle à ne penser qu'à travers le prisme de la race blanche, vous imaginez si on acceptait ce genre d'idéologie politique ?, interroge-t-elle. Nous luttons tous les jours, depuis des mois, des années. Ici, une croix gammée, ailleurs une action militante nazie dans la rue... Il ne faut rien lâcher. C'est incroyable qu'ils se sentent libres de pouvoir défiler de la sorte". 

L'édile rappelle que le Musée de la Résistance et de la Déportation va rouvrir ses portes le 8 septembre à Besançon. "On ouvre bientôt un musée qui va rappeler que quand une société n'est pas suffisamment vigilante face aux mouvements nazis et racistes, cela nous amène au pire. On n'est jamais protégés de cette calamité". 

La France Insoumise Besançon a réagi à la "descente de néonazies" dans un communiqué diffusé à la presse, mardi 23 mai. "Particulièrement depuis plus d'un an et demi, Besançon subit les agressions, le racisme et la haine de l'extrême droite. Ces divers évènements marquent des franchissements de seuils qui doivent tous et toutes nous alerter". La France Insoumise de Besançon dit se tenir aux côtés des personnes qui subissent ces agressions. Et de conclure : "Nous appelons toutes les forces humanistes, syndicales, associatives et politiques, toutes les citoyennes à se rassembler pour dénoncer et exiger une réponse des autorités à la hauteur du péril fasciste qui gangrène nos villes".