VIDEO. "Quand je sors de la séance, je suis bien" : ils pratiquent l'escalade et dépassent les clichés sur l'âge, la maladie et le handicap

durée de la vidéo : 00h03mn48s
Dans la salle d'escalade Marie Paradis à Besançon, les profils de grimpeurs sont variés. ©Eric Debief / France Télévisions

La salle d’escalade Marie Paradis à Besançon ouvre ses portes à tous. Aucune barrière ne saurait retenir ceux qui ont envie de pratiquer ce sport de grimpe, en repoussant les clichés de l’âge, de la maladie ou du handicap.

À Besançon dans le Doubs, l'association Entre-Temps Escalade accueil les curieux et les experts depuis janvier 2020, du lundi au dimanche. Elle propose la pratique de trois disciplines : le bloc, la difficulté et la vitesse. La salle Marie Paradis compte plus de 200 voies, et cumule une centaine de blocs pour laisser libre cours à la pratique de chacun.  

Sur place, Clément Jeannin et Eric Debief ont rencontré plusieurs sportifs aux profils variés. Qu'ils soient valides ou en situation de handicap, seuls ou en groupe, à chacun sa pratique de l'escalade.

Les visages sont concentrés et suivent les mouvements du moniteur. Pour ne pas se trouver en position inconfortable, les élèves gardent en tête le maitre-mot de la discipline : anticipation

Chaque semaine, une petite troupe de retraités se donne rendez-vous pour deux heures. Une fois les chaussons vissés aux pieds, néophytes et anciens sportifs se retrouvent face au mur avec le même objectif. Celui d'atteindre le sommet.

Ça détend bien quoi. Quand je sors de la séance, je suis bien relax. Ça fait du bien physiquement mais aussi dans la tête, c’est un bon truc.

Alain Grosjean, membre du groupe "Séniors" au club Entre-Temps

À la salle Marie Paradis, on baigne dans une atmosphère inclusive. Le club dispose de créneaux collectifs ou individuels, dédiés aux personnes handicapées. Une occasion pour parfaire sa pratique et progresser à son rythme. C’est le cas de Julien Gazelle, un habitué du baudrier depuis maintenant 5 ans. Accompagné par un moniteur, il bascule de son fauteuil à la voie d’escalade pour atteindre le même objectif que tous les autres sportifs du club : arriver au sommet. Marie Bettinelli impressionne également par sa dextérité et son moral d'acier pour atteindre ses objectifs : " ce qui me plaît c'est de pouvoir monter le plus possible avec mes pieds et mes mains aussi. Et de pouvoir tenir, j'aime bien aussi."

Longtemps considéré comme un sport réservé aux initiés, l'escalade se veut modulable et adapté au niveau de tous. Dans les milieux urbains, le mur est devenu une alternative aux salles de sports. Indépendamment du niveau du parcours, toucher la dernière prise procure un sentiment de fierté et d’accomplissement pour chaque personne ayant mené à bien la montée dans sa voie. 

Tutoyer les sommets, en étant toujours bien à l’écoute de ses sensations, c'est ce que Rose Rougnon-Glasson apprend à ses élèves. La monitrice d'escalade est référente "Sport-Santé", une séance spéciale pour des femmes et un homme, touchés par la maladie mais toujours debout. 

Grâce à l’escalade on arrive à récupérer notre amplitude de bras qu’on a perdu dû aux traitements et aux opérations, ça nous donne aussi une assurance de bien-être. Une fois qu’on a grimpé on est heureux, on pense à rien.

Nathalie Belorgey, membre du groupe "Sport-Santé" du club Entre-Temps Escalade

Dans le petit groupe, on se dépense ensemble en passant de bons moments. Un lien de confiance se tisse entre les différents participants, car on assure son partenaire de grimpe. La vie du premier se retrouve dans les mains du second, ce qui rapproche obligatoirement !

Les séances ne sont pas intégralement remboursées par l’assurance maladie, mais le réseau Sport-Santé peut en financer une partie. En encourageant le dépassement et en facilitant les rapprochements, le groupe ressert les liens autour des personnes qui sont sous traitement ou qui en sortent. Au-delà de la maladie, chacun a l'envie de se dépasser, prise après prise.

Un reportage de Clément Jeannin, Eric Debief, Vincent Grandemange et Pierre Corne.

Un week-end placé sous le signe de l'escalade

France 3 Bourgogne-Franche-Comté vous propose un week-end sportif à l'occasion du championnat de France de vitesse senior et para-escalade. Rendez-vous en direct sur France 3 Bourgogne et France 3 Franche-Comté, mais également sur notre site internet.
Samedi 18 mars de 18h à 21h20 : Émilien Diaz et Thomas Vanier commenteront en direct les finales de para-escalade et de vitesse sénior.
Dimanche 19 mars dès 11h10 : L'émission spéciale "Franche-Comté, terre d'escalade" sera consacrée à la découverte de la discipline. Depuis la salle Marie Paradis, Emilien Diaz et ses invités reviendront sur la journée de championnat.

L'actualité "Sport" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Sport" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité