Covid-19 : le vaccinodrome pas pour demain, la crainte d’un confinement pour le département du Doubs s’éloigne 

La campagne de vaccination doit s’accélérer en France ces prochaines semaines. Le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin a annoncé l’ouverture de 38 vaccinodromes. À la Préfecture du Doubs, on assure privilégier pour l’instant la vaccination dans les centres existants. 

24 mars 2021- Le vaccinodrome mis en place sur le Vélodrome de Saint-Quentin-en-Yvelines, près de Paris.
24 mars 2021- Le vaccinodrome mis en place sur le Vélodrome de Saint-Quentin-en-Yvelines, près de Paris. © IAN LANGSDON - maxPPP

Ce que l’on sait sur un possible vaccinodrome dans le Doubs


Le mot est entré depuis quelques jours dans notre vocabulaire. Vaccinodrome. Un centre de vaccination à grande échelle qui est loin d’être réalité pour l’heure dans le Doubs. La préfecture confirme que le site de Micropolis serait le lieu retenu. Dans le cadre des réflexions engagées au niveau technique entre la préfecture, l’Agence Régionale de Santé, les Service départemental d’incendie et secours, et la CPAM, caisse primaire d’assurance-maladie, le Préfet du Doubs Joël Mathurin a demandé aux pompiers du département d'envisager un scénario d'ouverture d'un grand centre de vaccination sur le site de Micropolis-Besançon. “Ce site présente les meilleures caractéristiques techniques pour abriter un dispositif d'une telle envergure” détaille la Préfecture. Micropolis est, en effet, accessible facilement par tram, en voiture, les parkings sont nombreux, le site est vaste.

À quand un possible vaccinodrome capable de vacciner en masse ? "Aucune date n'a été fixée. Sa mise en place ne sera enclenchée qu'en cas de nécessité de réaliser plus de 14.200 injections/semaine" indique la Préfecture. Autrement dit, quand cette quantité de vaccins sera à disposition du Doubs, et nécessaire. 

La mise en place d'un vaccinodrome à Micropolis permettrait d'absorber 1000 injections/jour supplémentaires dans le département du Doubs selon les estimations réalisées, précise la Préfecture sollicitée par France 3 Franche-Comté.

Les pompiers du Doubs en phase de préparation 

“Nous travaillons à la mise en place d’un vaccinodrome; Quel que soit le lieu, l'organisation sera similaire” explique Stéphane Beaudoux, commandant du SDIS25. Les pompiers sont déjà engagés dans la lutte contre le covid, l’heure est au recensement des moyens humains, parmi les unités de santé des pompiers, infirmiers, pharmaciens, médecins. Le SDIS recense en ce moment les sapeurs-pompiers volontaires de la branche incendie, qui sont formés aux métiers de la santé. En troisième rang, des pompiers pourraient être formés si les besoins le nécessitent.

Pas de "mesures de freinages" pour l’instant en vue dans le Doubs


Gabriel Attal, porte-parole du gouvernement a annoncé en début d’après-midi à l’issue du conseil de défense sanitaire, des discussions avec les préfets pour élargir le confinement ou mesures de freinages à trois nouveaux départements, le Rhône, la Nièvre, l’Aube.


Le Doubs échapperait donc à un confinement comme c’est le cas actuellement en région parisienne et Hauts-de-France et PACA. Le taux d’incidence du Doubs est supérieur à 250, le seuil d’alerte maximale. Au 23 mars, ce taux d’incidence se situe à 276 nouveaux cas pour 100.000 habitants. Un taux qui se stabilise après être monté de façon inquiétante mi-mars. 


Le Doubs reste sous couvre-feu à partir de 19 heures jusqu’à 6 heures. Le port du masque y est obligatoire en zone habitée. L’interdiction de consommer de l’alcool a été décrétée sur la voie publique. La massification des tests, en particulier salivaires, a été déployée dans les établissements scolaires.

 

Le département n'a pas atteint les seuils d'alerte qui le conduirait à intégrer la liste des 16 territoires faisant l'objet de mesures renforcées au niveau national visées par le décret du 19 mars

explique la préfecture du Doubs


Dans le Doubs, la tension hospitalière est de 110% pour les lits en réanimation, une tension qui se situe à 75% à l’échelle de la région Bourgogne-Franche-Comté. 

Le Préfet du Doubs appelle néanmoins à la vigilance et la responsabilité de chacun, dans un contexte où la circulation du variant sud-africain, qui atteint 12 à 13% des cas positifs, en particulier sur le Grand Besançon, continue de susciter de vives inquiétudes.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
covid-19 santé société