Autisme : ils lancent une campagne de dons pour créer une "classe A.B.A" dans le Haut-Doubs

Alexandra et Alexis ont décidé de créer une classe reprenant la méthode A.B.A, pour mieux accompagner les enfants atteints d'autisme dans le Haut-Doubs, et démocratiser cette pratique éducative assez méconnue en France. Détails.
Lili Rose, âgée de 5 ans, est atteinte d'autisme et fait de gros progrès grâce à la méthode A.B.A.
Lili Rose, âgée de 5 ans, est atteinte d'autisme et fait de gros progrès grâce à la méthode A.B.A. © Association "Autiste : Mon École Pour Grandir"
Comme de nombreux parents d'enfants atteints d'autisme Alexandra et Alexis, quadrégénaires installés dans le Haut-Doubs à Montperreux, n'ont pas l'intention de se satisfaire du peu de prise en charge de leur petite Lili Rose, âgée de 5 ans. Alexandra s'occupe de ses trois enfants à domicile et notamment de Lili Rose, diagnostiquée il y a un an.

"On a commencé une forme d'accompagnement appelée A.B.A. En quelques semaines, notre fille a fait de gros progrès. Elle ne se mutile plus, elle enrichit son vocabulaire, elle est en interaction avec les gens. Cette méthode est très peu connue en France alors qu'il existe de vraies écoles A.B.A au Canada, aux États-Unis, en Belgique..." nous a expliqué cette mère de famille, ancienne éducatrice spécialisée. 

Elle et son mari ont décidé de se lancer à corps perdus dans la création d'une classe valorisant la méthode A.B.A ("Applied Behavior Analysis" - Analyse Appliquée du comportement), à leur domicile, pour permettre aux familles, souvent démunies face à l'autisme, de bénéficier d'un accompagnement de qualité et de solutions quotidiennes adaptées.
  

120 000 euros par an 


Malgré un soutien de principe de l'Agence régionale de Santé de Bourgogne-Franche-Comté, le traitement A.B.A n’est pas reconnu officiellement par l’état, il n’y a donc aucun financement prévu pour le mettre en place. ​​​​Alexandra et Alexis ont investi 60 000 euros et ont lancé une campagne de financement participatif en ligne, via leur association "Autiste : Mon École Pour Grandir".

"On a l'intention d'ouvrir la classe entre mars et septembre 2019. Avec 120 000 euros, nous pourrons accueillir quatre enfant par an, en équivalent temps plein. L'argent récolté servira à rémunérer les professionnels formés, éducateurs et un psychologue A.B.A. Une prise en charge A.B.A coûte environ 40 euros de l'heure. Nous serons à 17-20 euros de l'heure. Plus nous aurons d'argent, plus nous prendrons en charge d'enfants" détaille Alexandra Jouguier, dont la motivation et l'abnégation forcent l'admiration. 

Consulter la campagne de dons en ligne.
 
Lili Rose à la découverte de la ferme.
Lili Rose à la découverte de la ferme. © Association "Autiste : Mon École Pour Grandir"

Pour les enfants pris en charge, il s'agira de bénéficier d'espaces dédiés, spécialement conçus pour eux et d'un accompagnement personnalisé à chaque instant. La maison d'Alexandra et Alexis sera mise à disposition des enfants 4 jours par semaine avec notamment une salle sensorielle, une salle d'activité manuelle ou encore un espace détente. 

Si les fonds sont au rendez-vous Alexandra rêve de plus grand : "Nous voulons aller jusqu'au bout, le plus loin possible... ouvrir plusieurs classes dans un autre local et un jour pourquoi pas des appartements, pour les plus âgés. Nous devons laisser leur chance à ces enfants. Là où l'état pêche, on doit nous parents assumer et compenser". 

Découvrir la page Facebook "Autiste : Mon École Pour Grandir".
 
Qu'est-ce que la méthode A.B.A ?
L’ A.B.A. comporte un programme de techniques de modification du comportement et de développement de compétences.
Elle se compose essentiellement de deux types d’enseignements :

L’enseignement « structuré » , assis au bureau ainsi qu’un apprentissage scolaire classique. L’apprentissage est décomposé initialement en séances, répétées en successions rapides ( Essais Distincts Multiples) jusqu’à ce que l’enfant réussisse à répondre correctement sans guidance ou aide particulière.
Chaque essai ou étape consiste en :
- une demande ou directive donnée à l’enfant pour qu’il effectue une action
- un comportement ou réponse de l’enfant
- une conséquence/réaction de l’intervenant
Toute réponse ou ébauche de réponse correcte est renforcée positivement c’est-à-dire suivie immédiatement par quelque chose de plaisant pour l’enfant (jouet, bravo,…) et toute autre chose est ignorée ou corrigée de façon neutre.

L’enseignement « incidental » qui s’applique partout (à l’école, à la maison, à l’extérieur…) et à tout moment possible : il s’agit de guider l’enfant
- lors d’activités, de jeux, de loisirs afin de l’aider à jouer, à expérimenter et à découvrir son environnement
- lors des moments propices à l’apprentissage de l’autonomie personnelle comme les repas, la toilette, la propreté, …
- lors des moments concernant l’autonomie et l’intégration sociale comme les repas en collectivité, les activités de groupe, les sorties en société…
Là encore, toute action ou ébauche d’action adaptée est encouragée et renforcée par quelque chose qui plait et motive l’enfant.

(source : https://www.abaautisme.org)
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
santé société éducation handicap