Neige : luges, raquettes et skis de fond remplacent les skis alpins dans les stations de Franche-Comté

Alors que la neige est tombée abondamment dans le massif du Jura, les stations de ski louent luges, raquettes et ski de fond. Mais ce n'est rien par rapport à ce qu'ils auraient pu gagner avec le ski alpin.

Les raquettes ont le vent en poupe du fait de la fermeture des remontées mécaniques dans les stations de ski.
Les raquettes ont le vent en poupe du fait de la fermeture des remontées mécaniques dans les stations de ski. © jean-louis GORCE - maxPPP

La neige a bien investi nos montagnes depuis quelques semaines. Mais avec les fermetures successives des remontées mécaniques, il est toujours impossible de pratiquer le ski alpin.

Et si vous profitiez de la ❄️ et du ☀️ ce week-end ?! Les pistes de ski de fond, raquette et espaces luge sont ouverts en intégralité. 🎿⛄🧤 👉 Détail : lesrousses.com

Publiée par Station des Rousses sur Vendredi 8 janvier 2021

Alors les touristes trouvent d'autres moyens de prendre l'air. La luge, le ski de fond et surtout la raquette font la joie de ceux qui veulent s'évader.

Dans les magasins de sport d'hiver, c'est la razzia. "J'ai 100 paires de raquettes, on les loue sans arrêt. Ce week-end, j'ai tout loué", se réjouit Thierry Salvi, gérant du magasin Métaski à Métabief (Doubs). "Le matériel rentre, puis le temps de le nettoyer, il repart aussitôt !"

 

"Malgré le succès des raquettes, je ne suis pas sûr qu'on survive"

Mais le commerçant se veut prudent. Ce succès est éphémère : "50 % des gens qui louent des raquettes feraient du ski alpin en temps normal." Les raquettes seraient donc, pour beaucoup, un simple lot de consolation. Alors malgré les nombreuses locations, "je ne vais pas investir dans du nouveau matériel de ce type".

Alors Thierry Salvi attend désespérément la réouverture des remontées mécaniques. "Je préférerais louer des skis, parce que ce n'est pas la même rentabilité, assure-t-il. Malgré le succès des raquettes et des luges, je ne suis pas sûr qu'on survive", conclut-il.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
ski sport économie tourisme