Incendies domestiques : avec l'arrivée de l'hiver, les pompiers du Doubs appellent à la prudence

Publié le Mis à jour le
Écrit par Sylvia Bouhadra

La fin de l’été et la baisse soudaine des températures, nous incite d’ores et déjà à remettre en route les chauffages dans les maisons et appartements. Face aux risques d'incendies domestiques, les sapeurs-pompiers du Doubs ont lancé mardi 29 septembre un appel à la prudence.
 

La météo devenue soudainement plus fraîche et humide pousse les habitants à remettre en route les chauffages dans les maisons et les appartements. Dans un communiqué, les sapeurs-pompiers du Doubs demandent à faire preuve de prudence face aux feux d’habitation.

« Traditionnellement, nous lançons chaque année une campagne sur plusieurs risques : les feux de cheminées, l’intoxication au monoxyde de carbone et les risques liés au manque d’entretien des chaudières. Car lorsque la température baisse, nous avons toujours un petit pic d’interventions », détaille le Capitaine Charles Claudet.

Avant l’hiver, les sapeurs-pompiers du Doubs invitent donc les locataires et les propriétaires à respecter les consignes suivantes pour éviter des drames :
  • Faire vérifier et entretenir les installations de chauffage par un professionnel qualifié afin d'éviter les intoxications au monoxyde de carbone.
 
  • Vérifier les piles de votre/vos détecteur(s) de fumée [DAAF] ou en installer un, pour être alerté des fumées.

 « Il y a encore des habitations qui ne sont pas équipées d'un détecteur de fumée. Pourtant, ça ne coûte presque rien et c’est très important, car les feux mortels ont surtout lieu la nuit. », précise le Capitaine. Les détecteurs de fumée sont pourtant obligatoires dans tous les logements depuis 2015 comme le prévoit la loi Morange-Meslot. Loi qui porte par ailleurs, le nom du maire de Belfort et ancien député LR Damien Meslot, qui en est à l'origine.

Pour rappel, l’entretien de sa chaudière et le ramonage du conduit de fumée sont également obligatoires. Ils doivent être réalisés annuellement. En l'absence d'entretien, l'assureur peut refuser d'indemniser en cas de sinistre.