L’ENIL de Mamirolle effectue sa rentrée

l’Ecole Nationale d'Industrie Laitière, des analyses Biotechnologiques et de l'Eau forme des jeunes et des adultes aux métiers de l’agroalimentaire et de l’industrie laitière. Elle fait sa rentrée ce lundi 5 septembre au matin.


Depuis 1888, l’ENIL, l'Ecole Nationale d'Industrie Laitière a pour mission de former le personnel des entreprises agroalimentaires, de l'industrie laitière, des laboratoires et des métiers de l'eau. L’école accueille près de 300 étudiants et stagiaires. Dans le détail, l’ENIL forme :

- Les lycéens en seconde pro et BAC pro
- Les étudiants en BTS
- Des apprentis en CAP, BAC pro, BTS et licences pro
- Des salariés et des demandeurs d’emplois.

Les formations dispensées à l’ENIL

L'ENIL de Besançon-Mamirolle tout comme l'ENILBIO de Poligny sont des écoles publiques réputées pour leurs formations dans :
- L'agroalimentaire
- La fromagerie
- Les analyses biotechnologiques
- La qualité
- L'eau et l'environnement

Axel est étudiant en BTS STA. Sur le site Internet de l’ENIL, il explique sa motivation.

« Je souhaitais a priori m'installer dans une structure fermière ou artisanale de faibles volumes et j'avais une idée plutôt déformée de ce que pouvait être le secteur industriel. Le passage à l'atelier technologique m'a donné envie de m'investir directement dans l'industrie et de ne pas me limiter à une taille d'activité artisanale... Quand on arrive à faire un produit de qualité ou qu'on observe que les indicateurs de production sont dans la norme, alors c'est une grande satisfaction ». (Source : Site de l’ENIL)

Reportage de Thierry Chauffour et Denis Colle
L'école nationale de l'industrie laitière est un établissement un peu particulier. Initialement créée pour former des fromagers, l'école s'est diversifiée vers les métiers de l'eau et des analyses. Malgré des petits soucis de recrutement, l’ENIL attire toujours et parfois, de très loin. Interviews de René-Yann Eugène directeur adjoint à l'ENIL et Jang Jinseo, étudiant / Reportage de Thierry Chauffour et Denis Colle.