"Nos activités sont centrées sur les sports qui mettent en avant les technos électriques", Stellantis sourd à l’appel du FCSM

Mis en cause par les supporters et les hommes politiques, le groupe Stellantis s’est exprimé à France 3 Franche-Comté et aujourd’hui, il préfère investir ailleurs.

Entre les chaînes de montage des ateliers de Stellantis, il avait distribué un tract il y a quelques jours. Un tact teinté de tristesse et d’espoirs. L’espoir de voi revenir Stellantis parmi les partenaires du FCSM. "Peugeot, ton enfant se meurt", c’est son titre. L’un des auteurs, Jean-Luc Ternet du syndicat CFTC de Stellantis à Sochaux.

"Le FCSM agonise et le cœur de milliers de supporters pleure, en Franche-Comté, comme partout en France. FCSM, c’est un enfant de Peugeot et dans toute la France, quand on parle de Peugeot, on parle aussi du FC Sochaux… Les histoires du club et de l’entreprise sont indissociables dans la mémoire des Français. La CFTC le demande à la direction de Stellantis, tendez la main au FCSM, revenez !".

Un appel à l’aide qui n’a pas eu l’effet désiré. Sollicité par notre rédaction web, le service de communication de Stellantis s’est exprimé. "Les activités marketing sont désormais centrées sur les sports qui nous permettent de mettre en avant les technos électriques et nos produits". Et de rappeler "Dans le contexte du redressement du Groupe PSA, un investisseur chinois a acquis le club il y a huit ans avec un business plan accepté par l’ensemble des parties prenantes, y compris la FFF. Aujourd'hui, nous concentrons nos investissements massifs dans les technologies qui nous permettront de rester compétitifs afin de pérenniser les emplois, et ce, dans le contexte de l’arrivée des concurrents automobiles chinois sur le marché européen et de l’électrification qui engendre des surcoûts. Nous investissons toujours dans la région, en particulier pour transformer le site de Sochaux et garantir sa pérennité : plan Sochaux 2022 avec 200 millions d'investis pour transformer le site ou comme annoncé en octobre dernier, nous allons investir plus de 100 millions pour transformer l'atelier de peinture. Et enfin, nos investissements marketings sont désormais centrés sur des activités liées à l'électrification permettant la mise en avant de nos technologies et produits".

Tavares se désengage du FC Sochaux-Montbéliard

Lorsque Carlos Tavares reprend les rênes du groupe automobile en 2014, il annonce vouloir se désolidariser du club de football. En mai 2014, le FCSM est relégué en Ligue 2 à l'issue du dernier match de championnat. Moins d'une semaine plus tard, le groupe Peugeot, en difficulté, se désengageait du club qu'il avait fondé près d'un siècle auparavant. En juillet 2015, après plusieurs mois de tractations, le FCSM est vendu pour 7 millions d'euros par Peugeot au groupe Chinois Ledus, spécialisé dans les éclairages LED. Le député du Doubs de l’époque, Frédéric Barbier, avait interpellé Carlos Tavares sur les raisons de ce divorce. La réponse de Tavares était sans appel :

"Je suis au regret de confesser que je suis totalement incompétent en matière de gestion de club de football, je suis totalement incompétent et donc dans ce contexte comme celui-là, je suis effectivement plutôt serein sur le fait qu’il fallait confier le club de football de Sochaux-Montbéliard à quelqu’un d’autre que nous, on aurait fait un mauvais travail et on l’aurait certainement emmené à un échec".

L’ancien sénateur et maire d’Audincourt, Martial Bourquin, s’interroge. "C’est assez incroyable, Stellantis soutient le stade Toulousain, les maillots sont floqués Peugeot. La Juventus à Turin, les maillots sont floqués en gros Jeeps, fabriqués par Stellantis. Alors,  pourquoi pas le FCSM ? Au nom de quoi, il laisse tomber Sochaux dans l’état qu’il est, honte à lui".

L'actualité "Sport" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Bourgogne-Franche-Comté
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité