Après des violences urbaines, des renforts de police déployés à Audincourt dans le Doubs

Publié le Mis à jour le
Écrit par Sophie Courageot avec AFP

La préfecture du Doubs annonce ce vendredi 29 octobre le déploiement de renforts de police à Audincourt dans le pays de Montbéliard où des épisodes de violences urbaines ont été observés depuis mardi, à la suite d'une opération anti-drogue.

"Le Ministre de l'Intérieur a accordé au Préfet du Doubs le renfort d'une unité mobile qui sera engagée dès 19h ce soir sur le quartier concerné" des Champs Montants, a fait savoir la préfecture dans un communiqué.


Les Champs Montants, une cité classée zone urbaine sensible, située à l'est d'Audincourt, connaissent depuis trois jours des épisodes de violences urbaines. Les forces de l'ordre ont été à plusieurs reprises la cible de jets de projectiles, répliquant avec des grenades lacrymogènes. Des feux de poubelles ont également été constatés et des enquêtes ouvertes mais aucune interpellation n'a été réalisée.


Selon la préfecture, ces faits surviennent en réaction à une "opération d'envergure qui a été décidée début octobre" contre le trafic de stupéfiants dans la ville, aboutissant "à la déstabilisation des points de deal" et permettant "la saisie de drogue et de divers matériels".


Cette opération a entraîné "deux condamnations à 3 ans et 30 mois de prison pour du trafic de stupéfiants", a indiqué  la commissaire divisionnaire en charge de la circonscription. Une autre condamnation, à 18 mois de prison, a également été prononcé contre un individu "qui avait commis des violences sur un de nos collègues", a ajouté la commissaire.

"Nous tenons à féliciter la police et la justice pour ses succès" a réagi le maire socialiste d'Audincourt dans un communiqué le 29 octobre. "Leur volonté c'est d'installer la drogue comme un bien de consommation normale et qu'on leur foute la paix, d'après leurs dires, sur leur territoire, mais c'est impossible parce que c'est interdit, qu'ici il y a des locataires et parce que la tranquillité publique est sans cesse mise à mal par les agissements de ces personnes"  a commenté Martial Bourquin.


D'autres faits de violences avaient déjà été observés au cours de deux soirées la semaine dernière. France Bleu avait notamment rapporté l'agression de deux policiers par une dizaine de jeunes, qui avait donné lieu à deux interpellations.


Ces violences sont survenues alors qu'à Alençon (Orne), à plusieurs centaines de kilomètres de là, des violences urbaines ont également éclaté en début de semaine après des interpellations dans le cadre de la lutte contre le trafic de stupéfiants. Les forces de l'ordre ont notamment essuyé des tirs de mortier d'artifice, et treize véhicules ont été incendiés.