"Il a menacé des gens" : le récit des tirs dans le centre-ville d'Héricourt en Haute-Saône

Ce samedi 25 mai, des coups de feu ont résonné dans le centre-ville d'Héricourt en Haute-Saône. Les tirs n'ont fait aucun blessé. Les forces de polices sont intervenues dans un domicile de la commune.

"Dans une petite ville comme ça, on ne pensait jamais voir ça ici". Cette habitante d'Héricourt, une petite ville de 10 000 habitants dans l'est de la Haute-Saône, est encore sous le choc. Quelques heures auparavant, en plein centre-ville, ce samedi 25 mai, un homme l'a visée avec une arme de type kalachnikov. "Je partais du côté du bureau de tabac, et le mec est arrivé en face de moi avec l'arme, en me menaçant, 'il est où ? il est où ?', j'ai reculé d'un pas, il a continué à avancer et il a tiré en l'air". 

Il fait beau, et aux alentours de 13h30, les deux terrasses de café voisines sont remplies. "Il a menacé des gens qui étaient en terrasse" poursuit la riveraine au micro de Frédéric Buridant et Antoine Laroche. "Il a tiré en l'air, mais ça aurait pu ricocher".

"J'ai vu des douilles par terre" se souvient Ludovic, gérant de l'un des deux bars, "j'ai commencé à me retourner, et j'ai vu l'individu armé, je me suis accroupi vers le bar et j'ai dit aux gens de se mettre en sécurité". Lui aussi s'avoue encore très choqué en fin d'après-midi, même si les tirs n'ont fait aucun blessé. 

Selon de nombreux témoins, l'homme, portant une capuche et un jogging, aurait continué son chemin dans les rues d'Héricourt. 

"Il m'a vu à la fenêtre, il a pris son arme"

David regardait la télévision à son domicile, lorsqu'il a entendu ces coups de feu. "Je suis allé à ma fenêtre, et j'ai vu un homme à l'angle de ma rue, avec une capuche, remonter avec une arme". Cet ancien militaire affirme avoir formellement identifié une kalachnikov. "Il est remonté, il m'a vu à la fenêtre, il a pris son arme et il a tiré dans la façade en face de chez moi, précisément 13 coups". Devant le domicile, en milieu d'après-midi, des morceaux de tuiles gisaient encore au sol.

 

Selon une personne proche du dossier, le tireur, toujours à pied, aurait continué à marcher en direction de la salle des fêtes, avant de se réfugier dans un logement, vraisemblablement celui de ses parents, où il a été rapidement interpellé par les forces de l'ordre. Des policiers sont notamment nombreux à être venus en renfort depuis la ville de Montbéliard. Une vidéo de l'interpellation du suspect circule sur les réseaux sociaux. 

Cet homme serait le fils d'une famille bien connue à Héricourt. "On est une petite ville et tout le monde se connaît, l'individu était au bar semble-t-il quelques heures auparavant" a indiqué Fernand Burkhalter, maire divers gauche d'Héricourt, à nos journalistes Emilien Diaz et Eric Debief. Selon plusieurs témoignages, le suspect aurait été sous l'emprise de produits stupéfiants. 

Une deuxième personne interpellée ?

Plusieurs sources ont indiqué qu'une autre personne aurait été arrêtée très rapidement en début d'après-midi. Elle aurait été aperçue en scooter quelques instants avant le tireur. Mais ces éléments étaient difficiles à confirmer, et le parquet de Vesoul, en charge de l'affaire, indiquait qu'il ne communiquerait pas tant qu'il n'était pas possible d'être certain de l'identité et du rôle des personnes interpellées. 

Si des rumeurs d'attentats ont couru sur les réseaux sociaux, aucun élément sur place ne corroborait cette hypothèse.

Une autre rumeur indiquait que le tireur aurait été aperçu, menaçant et avec une arme, à la kermesse d'une école. Si une école voisine organisait bien une kermesse ce samedi, et a reçu la consigne de fermer les grilles, "on n'a vu personne, on n'avait que des élèves et des parents d'élèves" a indiqué un membre de l'équipe pédagogique. 

L'actualité "Faits divers" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Faits divers" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité