• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ÉCONOMIE
  • DÉCOUVERTE
  • JUSTICE
  • SPORT

Le retable de Montbéliard copié... pour la bonne cause !

LE retable de Montbéliard, au plutôt son fac similé
LE retable de Montbéliard, au plutôt son fac similé

Le chateau de Montbéliard a abrité un superbe retable du 16ème siècle. Il est actuellement dans un musée de Vienne, en Autriche. Une copie a été réalisée après un très long travail et elle est visible au temple. Le but : récolter des fonds pour restaurer l'édifice. 

Par Catherine Eme-Ziri

Au milieu du 16ème siècle, le Réformé Georges de Wurtenberg commande un retable à un artiste : il faut raconter la vie du Christ selon le nouveau catéchisme, protestant. On est au début de la Réforme et on doit marquer les esprits, même si, ensuite, le dogme interdira les représentations par l'image.

Il s'agit d'une véritable bande dessinée, avec des bulles, écrites en allemand ancien. 157 images, dont une centrale, une oeuvre de 4 mètres sur 3 et un an de travail. Le coût : 210 florins or, plus 6 boeufs gras et ... quelques milliers de litres de vin !
Les Montbéliardais contribuent au financement.

Après un séjour à Stuttgart, et de nombreuses guerres, le retable se trouve maintenant dans un Musée de Vienne, en Autriche.
La société d'émulation de Montbéliard a entrepris un travail colossal : en faire faire un fac similé par des artisans comtois.
Le temple Saint Martin, le plus ancien lieu de culte protestant de France, y accueille ce "nouveau" retable. Avec des dons des fidèles ou des amoureux de l'art, de l'argent pourrait être récolté pour effectuer des travaux de restauration de l'édifice, qui en a bien besoin... Voir le site du Temple Saint Martin.
Mais pas question que le retable de Montbéliard retrouve sa ville natale : l'Autriche ne le laissera jamais partir...

Montbéliard : le retable en fac-similé
Reportage : JL Gantner, E. Laperdrix et A. Baudrand Avec en interview : Evelyne Boilaux, Guide conférencière du pays de Montbéliard Elfie Claude, Paroissienne du temple Saint-Martin



Voici deux des retables intéressants de Franche-Comté.

Si la curiosité vous le dit, voici deux retables de Franche-Comté, visibles dans le Jura et qui sont très beaux...
Le retable de l'église de Champagnole a été réalisé dans un atelier d'Anvers, suite à une commande du seigneur du lieu : Guillaume de Poupet, vers 1530 - 1540.
Le retable de Baume-les-Messieurs, qui se trouve dans l'Abbatiale, est attribué à Pierre-Etienne Monnot, dont certaines oeuvres sont visibles dans les plus grands musées. Site de Baume-les-Messieurs et celui des monuments historiques.
Retable de Baume-les-Messieurs (Jura) / © Malabre
Retable de Baume-les-Messieurs (Jura) / © Malabre
Retable de Champagnole (Jura) / © arcrestauro
Retable de Champagnole (Jura) / © arcrestauro

Pour en savoir davantage sur le rétable de Champagnole, de Pierre-Etienne Monnot voir ce site : ici.

Sur le même sujet

Chenôve : de nouvelles voitures ont brûlé en ville

Les + Lus