Montbéliard : Tirs de mortiers contre des policiers, un homme condamné à 18 mois de prison

Publié le Mis à jour le
Écrit par Sophie Courageot avec Anthony Halpern

Un homme de 22 ans était jugé ce mardi 20 octobre devant le tribunal correctionnel de Montbéliard (Doubs) pour des faits survenus dans le quartier de la Petite Hollande.

A la barre, l’homme devait répondre de violences sur personnes dépositaires de l’autorité publique, des policiers. Il a été condamné par le tribunal à 18 mois de prison, mais va faire appel du jugement.
L'homme conteste les faits qui lui sont reprochés. Il nie avoir participé aux tirs de mortiers. Une vidéo en possession du tribunal le montre en train de courir à proximité des lieux. Insuffant pour son avocate, pour qui ce document ne constitue pas une preuve accablante.

Mardi 13 octobre, alors que des policiers perquisitionnent dans un garage du quartier de la Petite Hollande, ils essuient des tirs de mortiers. Les forces de l’ordre sont prises à partie pour groupe d’une demi-douzaine d’hommes. Un suspect sera interpellé peu après et placé en garde à vue. Il nie alors avoir participé aux faits, et dit ne pas avoir touché de mortiers.

Le président du tribunal avait requis deux ans d’emprisonnement ferme avec un maintien en détention provisoire. L’avocate de la défense avait demandé la relaxe de son client. L'homme était connu de la police pour des condamnations de défaut de permis de conduire ou de recel de vols. 

Le quartier de la Petite Hollande connaît une série de violences urbaines depuis plusieurs jours. Des voitures ont été incendiées, des tirs de mortiers ont retenti dans ce quartier déjà en proie à des incidents en juillet 2020.
A la suite des derniers faits violences, le préfet du Doubs avait pris un arrêté pour interdire "le transport, la vente, la cession et l'utilisation d'artifices" jusqu'au 28 octobre inclus, sur le territoire de la commune de Montbéliard.
Gérald Darmanin, ministre de l’Intérieur souhaite voir lui interdite la vente des mortiers d'artifice qui servent de plus en plus d’armes à l’encontre des forces de l’ordre.