"Urgences saturées, manque de lits et problème d'effectif", l'hôpital Nord Franche-Comté déclenche le plan blanc

L'hôpital Nord Franche-Comté, situé dans le Doubs entre Montbéliard et Belfort, est en proie à des difficultés, notamment concernant son service des urgences. Il est actuellement saturé et le personnel n'est pas suffisant. Le plan blanc a été déclenché. Explications.

Les difficultés structurelles n'ont pas disparu dans les hôpitaux publics français, bien au contraire. L'hôpital Nord Franche-Comté, situé à Trévenans dans le Doubs, déclenche ce mercredi 11 octobre un plan blanc. En cause ? Un service des urgences saturé, un manque de lits et un problème d'effectif récurrent. Plus de 280 patients ont été admis sur une journée cette semaine, aux urgences adultes, selon le directeur de l'hôpital nord Franche-Comté. Une situation intenable pour les équipes soignantes. De plus, les 1200 lits du centre hospitalier sont actuellement occupés. 

"Compte tenu des flux non maîtrisés d’admissions au service d’accueil des urgences, de la saturation des capacités d’hospitalisation, des tensions exercées sur la gestion des effectifs et des mesures d’exception à engager pour répondre aux besoins de santé de la population du territoire Nord Franche-Comté, le directeur général de l’hôpital Nord Franche-Comté a décidé d’activer le plan blanc à compter de ce jour, mercredi 11 octobre 2023", explique un communiqué de l'hôpital NFC.

"Nous avons besoin d’une considération du ministère"

Le plan blanc est un dispositif normalement réservé aux situations de crise en contexte épidémique. Il permet de réorganiser les services et de reprogrammer des opérations "non urgentes". Si les contaminations à la Covid-19 sont courantes ces derniers temps dans la région comme partout ailleurs, cela n'a pour autant pas d'incidence sur le déclenchement de ce plan blanc. C'est bien un problème structurel et récurrent qui met à mal le fonctionnement de l'établissement hospitalier. "Nous drainons une population de 350 000 habitants, nous n’avons pas assez de lits et nous avons besoin d’une considération du ministère", a réagi Mélanie Meier, délégué syndicale CFDT à l’hôpital Nord Franche-Comté (HNFC), pour le site d'information local Letrois.info.

En mars dernier, un plan blanc avait été déclenché pour les mêmes raisons dans cet hôpital : manque de personnels et de lits disponibles, ainsi que saturation des urgences. "Nous sommes en colère, car c'est le énième plan blanc depuis la Covid, avec toujours les mêmes problématiques de manques de médecins, d'infirmières, de lits, qui provoquent la saturation des services d'accueil. C'est le produit de la casse de l'hôpital public, et de la médecine de ville aussi", dénonçait déjà la CGT Hôpital Nord Franche Comté.