PORTRAIT. Ayrton Senna, Quartararo, Leclerc... Comment ce professeur de mathématiques est devenu le biographe des stars auto-moto

Fan de courses automobiles depuis l'enfance et ex-pilote de Formule 4, Rémi Boudoul (40 ans), professeur de maths dans le Doubs, est aussi le biographe de plusieurs stars des sports mécaniques. Quartararo, Leclerc, Ayrton Senna : leurs vies ont toutes été chroniquées par sa plume. Portrait d'un passionné.

Professeur de mathématiques, pilote automobile et écrivain passionné. Voilà un triptyque particulier. Pourtant, il est idéal pour résumer la vie de Rémi Boudoul. À tout juste 40 ans, cet habitant d'Orchamps (Doubs) endosse les trois casquettes, guidé par sa "passion d'une vie" : la course automobile. 

Oui, c'est vrai. Des passionnés de Formule 1, on en compte des centaines de milliers sur la planète. Mais le profil de Rémi détonne. "Les courses automobiles, j'ai ça dans le sang" confie-t-il lorsque nous le contactons. "Hasard ou pas, je suis né le 25 mars 1984, le jour où Ayrton Senna a disputé son premier GP, au Brésil". Ça ne s'invente pas.

Une passion familiale

Car "Ayrton", comme il l'appelle affectueusement, n'est rien d'autre que le héros d'enfance de Rémi Boudoul. Celui qu'il regardait, inlassablement, tous les dimanches à la télé. "Ce sont des souvenirs forts" se souvient-il. "À l'époque où les Grands Prix étaient rediffusés en clair, on les regardait tous en famille. Mon papa était aussi très fan, donc ça a rythmé mon enfance".

Pas un hasard alors si le quarantenaire est aujourd'hui l'auteur des biographies de trois champions des circuits automoto, Fabio Quartararo, Charles Leclerc et surtout, l'idole Ayrton.

Ayrton, j'aimais tout chez lui. Sa vitesse, son élégance. Mais aussi sa différence. A travers ses mots, ils savaient retransmettre sa passion, ses émotions. Quand il roulait, j'avais l'impression d'être avec lui.

Rémi Boudoul

Rémi collectionnait les produits dérivés et magazines du pilote brésilien. Le choc fut donc énorme lorsque, le 1er mai 1994, Ayrton Senna mourut tragiquement à Bologne, lors du GP de Saint-Marin, après un accident en pleine course. "J'avais 10 ans, je m'en souviens parfaitement" reprend-il. "On a vu le crash, hyper violent. Puis la tête d'Ayrton, qui bougeait. On a alors espéré. Mais non, son décès a été annoncé".

Une expérience de pilote automobile

Pour l'enfant d'alors, le réflexe a été les larmes. "C'était la perte d'une idole" regrette-t-il. Une peine incommensurable qui conforta le jeune Rémi dans son idée de toujours : devenir pilote professionnel. "C'était un rêve qui ne m'avait jamais quitté" explique le quarantenaire. "Et que j'ai mené en parallèle de mes études de mathématiques. Et j'y ai longtemps cru".

Et pour de bonnes raisons. Après des débuts au karting amateur, le jeune homme d'alors entame les compétitions à 18 ans. "J'ai eu la chance de participer à la Coupe de France dès la première année" raconte-t-il. "Je ne voulais pas y aller, mais j'ai fait de très bons résultats. Résultat, j'ai ensuite passé trois ans sur des circuits nationaux, et j'ai fait quelques courses européennes en Formule 4 et prototypes".

C'est pendant ma première année de course que j'ai eu envie d'écrire. Depuis tout petit, j'aime communiquer sur mes passions. Là, j'avais l'impression de vivre quelque chose d'exceptionnel. Donc j'ai décidé de le partager.

Rémi Boudoul

"Je me souviens de ces soirs où je revenais de course. J'allumais mon ordinateur, je prenais mon carnet et je couchais mon quotidien sur papier". Nous sommes alors en 2007. L'envie de faire de ces notes un livre est déjà dans la tête du néo-pilote. Mais il faudra attendre 2020 pour que sorte enfin le premier roman de Rémi, Derrière la visière.

"Trouver un éditeur et construire une vraie histoire, ce n'est pas facile quand on débute dans l'écriture" ajoute Rémi. "Je n'ai pas fait beaucoup de ventes, mais je voulais me faire connaître et j'ai envoyé mon livre à plusieurs pilotes professionnels, ainsi qu'à des éditeurs plus prestigieux".

De pilote à écrivain

 Au fil des années, Rémi abandonne peu à peu son rêve de vivre de sa passion automobile, face aux exigences du milieu. Il quitte son Nord natal pour s'installer à Orchamps, dans le Doubs, et devient professeur de mathématiques au lycée de Dannemarie-sur-Crête. Une vie loin des pistes qui "longtemps a été une réelle frustration". Avant un petit coup de pouce du destin.

"J'ai reçu un coup de fil de City Editions, une grosse maison" se rappelle-t-il avec le sourire. "Jean-Pierre Gasly, le papa du pilote Pierre Gasly, avait vraiment apprécié mon premier roman. Ils m'ont alors proposé d'écrire la biographie de Fabio Quartararo, pilote français de Moto GP. Je n'ai pas hésité".

Voilà comment fut publié Fabio Quartararo, El diablo, en 2022, suivi de Charles Leclerc, le prodige, consacré à la vie du pilote de F1 monégasque, un an plus tard. "C'est un exercice particulier" détaille Rémi Boudoul. "On sait que des biographies sur ces champions, il y en a eu déjà plusieurs. Donc on se replonge dans les archives, dans les articles de presse, on contacte les proches pour arriver à apporter quelque chose de nouveau".

Le fait d'écrire sur la F1 me replonge dans les sensations que j'ai connues en tant que pilote. Même si ça ne les remplace pas. Je pense que mon vécu me permet de raconter les choses avec une part de véracité.

Rémi Boudoul

"Je connais les émotions, le vocabulaire. J'essaye de plonger le lecteur derrière la visière" s'amuse Rémi. Un exercice périlleux, difficile. "J'ai passé mes étés chez moi, sans voir le soleil, à écrire" rit le quarantenaire. "Et après Leclerc, je voulais arrêter les biographies car c'est beaucoup de pression. Mais on m'a alors proposé Senna. Je ne pouvais pas dire non".

La biographie d'Ayrton Senna, "un hommage"

Un défi colossal, tant la littérature concernant le pilote brésilien était déjà abondante. "C'était un gros projet, et je voulais être à la hauteur de mon idole" estime Rémi. "Je me suis plongé dans les articles et la documentation brésilienne. J'en ai sorti un livre de plus de 500 pages, mon record".

Celui-ci a été publié le 24 avril 2024 sous un titre évocateur, Ayrton Senna, la vitesse dans le sang. Un travail de tous les instants, fruit de session écriture en soirée, après les cours, et de week-ends studieux. "J'ai pu le redécouvrir, surtout ses aspects extra-sportifs. Et je me suis replongé dans mes souvenirs" conclut Rémi Boudoul. "C'est aussi pour moi une sorte d'hommage, une manière de boucler la boucle avec cet homme que j'ai tant aimé".