Football : le Gazelec Ajaccio conteste le maintien en Ligue 2 du FC Sochaux et déclare forfait pour son premier match

Publié le Mis à jour le
Écrit par Antoine Belhassen
Les deux équipes s'étaient affrontées l'année dernière au cours de la saison de Ligue 2 avec deux destins différents.
Les deux équipes s'étaient affrontées l'année dernière au cours de la saison de Ligue 2 avec deux destins différents. © PHOTOPQR/MAXPPP

Le club corse du Gazélec Ajaccio, relégué en division inférieure suite au maintien en Ligue 2 de Sochaux, a décidé de ne pas prendre part à son premier match officiel de la saison, ce vendredi 2 août à 20h.

Le Gazélec Ajaccio ne disputera pas son premier match face au Red Star, ce vendredi à 20h, à l'occasion de la première journée de National. Pour cause, le club corse conteste le maintien en Ligue 2 du FC Sochaux, un temps inquiété par la DNCG de relégation administrative à cause d'une profonde crise financière.

La première décision de rétrogradation du FCSM avait permis au Gazélec de rester en deuxième division pour cette saison 2019/2020.

Mais la décision a été revue en appel par la DNCG, fin juillet. Ce qui a permis à Sochaux d'évoluer en Ligue 2... et au Gazelec Ajaccio, 18ème et relegable du dernier exercice, de descendre en division inférieure.

"La seule décision qui s'impose"


Le club ajaccien conteste la décision de l'arbitre financier du football et a saisi en référé le Tribunal Administratif de Paris.

Dans l’attente de l’ordonnance et face au refus de la Fédération Française de Football (FFF) de reporter son premier match face au club francilien du Red Star, Ajaccio a décidé de ne pas participer à son premier match de la saison, ce vendredi 2 août : 


"Le GFCA n’a d’autre choix que de prendre la douloureuse mais seule décision qui s’impose : ne pas présenter son équipe professionnelle au coup d’envoi de la rencontre."

En partenariat avec France 3 France Bleu et Make.org

Participez à la consultation citoyenne sur la présidentielle 2022

Faites-vous entendre ! France 3 Régions s'associe à la consultation Ma France 2022, initiée par France Bleu sur la plateforme Make.org. Le but ? Vous permettre de peser dans le débat démocratique en mettant vos idées les plus plébiscitées au centre de la campagne présidentielle.