Stellantis : "Stratosphérique, indécent", 100.000 euros par jour, la rémunération de Carlos Tavares fait mal une nouvelle fois aux salariés du groupe

Carlos Tavares devrait gagner pour l’année 2023 jusqu’à 36,5 millions d’euros, a révélé ce vendredi 23 février le constructeur automobile. Ses revenus enregistrent une augmentation de 56% en un an. À l’usine de Sochaux (Doubs), les syndicats dénoncent une fois de plus des revenus choquants.

Les belles histoires du dimanche
Découvrez des récits inspirants de solidarité et d'altruisme, et partez à la rencontre de la générosité. Émotions garanties chaque dimanche !
France Télévisions utilise votre adresse e-mail afin de vous envoyer la newsletter "Les belles histoires du dimanche". Vous pouvez vous désinscrire à tout moment via le lien en bas de cette newsletter. Notre politique de confidentialité

Combien gagne votre patron ? Dans la plupart des entreprises, difficile de le savoir. Pour les salariés de Stellantis, au moins les choses sont claires. Le groupe publie chaque année les rémunérations du numéro 1 du groupe.


Salaires, actions, prime, bonus…l’argent touché par le directeur général de Stellantis donne le vertige. 36,5 millions d’euros. Voici le cap qui pourrait être atteint. Figure dans ce montant une prime de 10 millions d’euros pour la transformation du groupe. Une prime qui récompense Carlos Tavares en 2023 pour avoir lancé en Moselle la production de moteurs électriques et de boîtes de vitesses pour voitures hybrides, après la multiplication des ventes de voitures électriques en 2022.


“C’est injustice, c’est choquant, scandaleux ce que Tavares va toucher !” dénonce Jérôme Boussard, représentant CGT à l’usine de Sochaux dans le Doubs. “Quand on sait qu’un ouvrier en doublage (jour/nuit) gagne dans les 1400 euros” ajoute l’élu. 


Le géant automobile a indiqué le 15 février qu'il allait redistribuer près de 1,9 milliard d'euros à ses salariés dans le monde. En France, cela représente une prime minimale de 4.100 euros pour les plus bas salaires. “Mais par rapport à l’année dernière, c’est 200 euros de moins. Il n’y a pas de perspective de hausse des salaires à Stellantis. Cette prime de 4000 euros, en plus, si on est malade, si on a une grippe, on perd de l’argent” déplore M. Boussard pour qui le système est injuste.

“On savait que les chiffres allaient être stratosphériques”


Dans les rangs de la CFDT à Sochaux, les chiffres aussi donnent le tournis. 36,5 millions d’euros divisés par 365 jours, cela donne une moyenne de 100.000 euros par jour. “Tavares continue sur sa lancée. Il ne change pas de fusil d’épaule. C’est une politique mondiale du groupe, les salariés en France ne pèsent pas grand-chose” regrette Benoit Vernier, élu CFDT. 

Avant quand ils entendaient ces chiffres, les salariés exprimaient de la colère. Maintenant, les gens sont résignés. Il y a de la démotivation au travail et une perte d’attachement à l’entreprise.

Benoit Vernier, élu CFDT, Stellantis Sochaux

À Sochaux, l’usine historique du Doubs emploie près de 5.600 salariés en ce moment et plusieurs centaines d’intérimaires. Ils ne font guère de doute quant au vote de la rémunération de Carlos Tavares qui sera soumise au vote des actionnaires du groupe lors de leur assemblée générale, le 16 avril prochain.

Carlos Tavares doit rester jusqu'en 2025 aux manettes de Stellantis, 4e groupe automobile mondial, crée en 2021 avec ses marques Peugeot, Fiat ou Dodge par la fusion de Peugeot-Citroën et Fiat-Chrysler. 

518 fois le salaire moyen 


Le salaire fixe de Carlos Tavares est de deux millions d’euros. Pour l'année 2023, c'est la prime exceptionnelle du directeur général qui a fait exploser la différence avec le salaire moyen dans le groupe, qui est de 70.404 euros. Carlos Tavares recevrait ainsi 518 fois le salaire moyen de ses salariés, précise l’Agence France Presse.

Se classant parmi les patrons les mieux payés du CAC 40, le directeur général Carlos Tavares s'était attiré en 2022 les foudres d'Emmanuel Macron, qui avait jugé "choquant et excessif" le montant "astronomique" de sa rétribution, 23,5 millions d’euros.


Stellantis argumentait alors dans son rapport qu'il faut plutôt comparer cette rémunération avec celles de multinationales comme Boeing aux États-Unis ou Volkswagen en Europe.

Des bénéfices record


Stellantis a publié le 15 février un nouveau bénéfice record de 18,6 milliards d'euros pour 2023, en hausse de 11% sur un an. 


Les actionnaires du groupe recevront de leur côté autour de 7,7 milliards d'euros pour l'exercice 2023, entre les dividendes et un programme de rachat d'actions.

Avec AFP