Un rivière sur quatre seulement est en bonne santé en Bourgogne-Franche-Comté

L’Agence de l’eau Rhône Méditerranée Corse publie son rapport bisannuel sur l’état des rivières. Dans la région, il y a des progrès mais aussi de nouveaux défis. Le changement climatique est le plus grand. Mais la renaturation des sols en est aussi un, car notre région a trop abusé de ce relooking des cours d’eau.

Il y a les bonnes et les mauvaises nouvelles. L’Agence de l’eau Rhône Méditerranée Corse note des progrès dans son rapport sur l’état des rivières en Bourgogne-Franche-Comté.

Exit ammoniaque et phosphore, ces polluants à la mode dans les années 70 ne squattent plus les cours d’eau ou presque.

Mais il ne faut pas se réjouir trop vite, on est loin de la pureté version Manon des Sources. Les analyses ont révélé la présence de 500 substances toxiques dont la moitié sont des pesticides. Le champion de cette catégorie étant le glyphosate même s’il a de sérieux concurrents, comme les médicaments ou encore les produits d’entretien. Pour l’Agence de l’eau, la solution est de les supprimer à la source. Car malheureusement, ils sont loin d’être la seule cause du mauvais état de 74 % des rivières dans la région. 

Le grand défi du changement climatique

Souvenez-vous de ces images des étés de sécheresse, le Doubs disparu de son lit, des filets d’eau dans des rivières de pierre et de terre, des poissons à l’agonie privés d’oxygène.

Le grand défi, c’est le changement climatique, on a des tensions accrues sur les ressources en eau. Les rivières et les zones humides sont les premières à souffrir. Il faut économiser l’eau, lutter contre le gaspillage.    

Laurent Roy, directeur général de l’Agence de l’eau Rhône Méditerranée Corse

A ce changement climatique s’ajoutent les pressions des activités humaines, comme des prélèvements excessifs, des rejets de substances nocives, et surtout l’artificialisation des cours d’eau.

Libérer les rivières !

Pendant des années, les Hommes se sont acharnés à redresser le lit des rivières, à déboiser ses rives, bétonner ses abords, construit des barrages, aujourd’hui souvent inutiles. La Bourgogne-Franche-Comté est une championne en la matière, plus de 80% de ces cours d’eau ont été relookés, c’est deux fois plus que dans le bassin méditerranéen.

De quoi déboussoler les poissons, les priver de leur caches préférés pour frayer, leur barrer le chemin. Ajoutons à cela un bouleversement de la flore aquatique, on comprend que l’Homme n’a pas toujours de bonnes idées. 

L’artificialisation c’est l’un des principaux facteurs qui  menace sur le bon fonctionnement écologique. Pour remonter la pente il faut renaturer les rivières.

Laurent Roy, directeur général de l’Agence de l’eau Rhône Méditerranée Corse

Ces dernières années, des zones humides ont été restaurées, des cours d’eau reméandrés. Le travail s’annonce long mais efficace.

La fin des rivières polluées par des fromageries ?

Cela fait partie des enjeux confirme le directeur de l’Agence de l’eau.

Avec nos rivières karstiques, la moindre pollution affecte les nappes souterraines, et les cours d’eau alimentés, il n’y a pas de protection naturelle. Pour limiter les écoulements nocifs, l’Agence travaille avec les fromageries. « Nous pouvons les aider à traiter correctement leur rejet, et nous sommes au côté des agriculteurs pour définir les flux admissibles », explique son directeur, interrogé par Aline Bilinski. Des aides financières existent d’ailleurs.

 

Après l’été passé, personne ne peut ignorer que le monde d’avant n’existe plus, il faut sauver les rivières pour préserver la ressource en eau. Collectivités, particuliers, entrepreneurs, agriculteurs, chacun a son rôle à jouer dans cette bataille.

L'actualité "Économie" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Bourgogne-Franche-Comté
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité