Cet article date de plus de 6 ans

Une escroquerie évitée de justesse dans une entreprise du Doubs

Une entreprise du Doubs, spécialisée dans l'industrie du luxe, a évité de justesse une escroquerie avec l'aide des gendarmes et des services internationaux de contrôles des flux financiers.
Selon la gendarmerie, il s'agit d'une bel exemple de coopération internationale entre différents services des forces de l'ordre. Finalement, la section de Recherches de la Gendarmerie de Besançon est parvenu  à bloquer un mouvement de fonds frauduleux sur un compte en Hongrie.

L'affaire remonte au mois de novembre 2014, "le compte bancaire d'une société du secteur de l'industrie de luxe, implantée dans le Doubs, fait l'objet d'un ordre de virement frauduleux d'un montant de 210 489,50 euros. précise la gendarmerie. Le gérant de la société dépose le 4 novembre une plainte auprès de la Communauté de brigades de Valdahon.
A ce moment là, les fonds ont déjà été crédités sur le compte d'un particulier, ouvert dans une banque hongroise. Les escrocs se sont fait passer pour un fournisseur de la société victime et ont exigé le règlement de factures avérées dont ils avaient connaissance.

La section de recherches (groupe délinquance économique et financière) de la gendarmerie de Besançon est informée dès le recueil de la plainte et co-saisie le 6 novembre 2014.
Différentes réquisitions et investigations sont rapidement réalisées sur les mails échangés et les adresses IP utilisées. Il s'avère que certaines adresses IP proviennent du Sénégal, relayées par le serveur d'une société hébergeant et gérant des noms de domaine américains.

Les enquêteurs sollicitent et obtiennent des autorités financières hongroises le gel des fonds détenus jusqu'au mardi 11 novembre à minuit, le titulaire du compte étant susceptible de retirer la totalité de la somme au terme de cette échéance. Toujours d'après l'enquête, des personnes ont déjà essayé de retirer les fonds dans la capitale hongroise. Dans l'urgence, il est établi un procès verbal argumentaire de saisie du compte hongrois pour bloquer ce compte bancaire.
Le vendredi 7 novembre 2014, le vice-procureur de la République à Besançon, établit une demande d'entraide pénale internationale (DEPI), traduite en langue hongroise, afin de bloquer les fonds frauduleux et obtenir le maximum d'informations sur le compte bancaire. La réaction des autorités judiciaires
hongroises est immédiate et les fonds pourront être re-transférés rapidement sur les comptes de la société franc-comtoise .
La procédure de coopération internationale a pu se réaliser grâce à plusieurs services spécialisés. Les investigations se poursuivent avec EUROPOL pour identifier les personnes physiques et morales impliquées dans cette affaire."
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
faits divers