Mulots, pissenlits et feux de bois : comment un militaire s'apprête à survivre seul dans le Jura

© 13e régiment du Valdahon
© 13e régiment du Valdahon

Du 4 au 26 juin 2018, le sergent-chef Richard du 13e régiment du génie de Valdahon (Doubs) partira en expédition. Pas au bout du monde. Mais en survie totale pour traverser le massif du Jura. En parallèle de son raid, il récolte des fonds pour les blessés de l'Armée de Terre. 

Par Sophie Courageot

413 km à parcourir. De Mandeure dans le Pays de Montbéliard jusqu'à Culoz dans l'Ain. Le tout en 22 jours. Le sergent Richard, moniteur de survie dans l'Armée de Terre partira avec pour seul équipement deux petits kilos de matériel.

Dans une "banane" autour de la taille, deux couteaux, l'un pour contruire son abri, l'autre pour tailler le petit bois et allumer des feux pour se réchauffer la nuit. Un désinfectant, un pansement compressif, un garot. Un téléphone portable et une batterie solaire. Ce sera le seul bagage durant trois semaines pour ce militaire de 32 ans originaire de Picardie. 

Le militaire part sans rien d'autre. Ni duvet, ni eau, ni nourriture.  Sa tenue : une veste et un pantalon de type guérilla qui sèchent vite.

Le plus dur ça va être l'eau

dit il. "En tant que moniteur de survie, je suis prêt toute l'année. Mais dans le Jura, il y a des endroits où je ne trouverai pas d'eau le long de la Grande Traversée du Jura, ou de l'eau non potable" explique-t-il.

Pour manger, ce sera régime nature. "95% de ma nourriture sera composée de végétaux comme les orties, le pissenlit, les racines ou le lamier" dit-il.  Mulots, campagnols, petits rongeurs peut être. "Ma philosophie, c'est de respecter la nature. Je ne tuerai qu'en dernier recours, mais pas d'espèces protégées" rassure-t-il face aux protecteurs des animaux qui commencent à pointer du doigt son raid. 




"C'est un record personnel que je tente. J'ai déjà vécu une semaine en survie. La survie, c'est un enrichissement de tous les jours, il faut tester, et apprendre des leçons qui nous sont données" conclut-il. 


© 13e régiment du Valdahon
© 13e régiment du Valdahon



En parallèle de l'expédition, une cagnotte en ligne est lancée pour récolter des fonds destinés aux blessés de l'Armée de Terre. Cette cause tient à coeur au sergent-chef Richard qui compte de nombreuses années de service et de nombreux départs en mission. Il a été confronté à la dure réalité des zones de conflits sans vouloir dévoiler dans quels théâtres d'opération il a été amené à travailler. Sa spécialité à lui, c'est la survie, l'électricité et la production d'eau potable. 

Chaque jour, le militaire fournira ses coordonnées GPS pour rassurer son régiment et sa famille. Son périple sera relaté régulièrement sur la page Facebook du régiment du Valdahon. "Relever un défi c'est dans mon tempérament, le faire pour les blessés de l'Armée de Terre, c'est légitime" dit-il en espérant que la cagnotte grossisse au fil des jours. 


22 jours de survie dans le Jura, le parcours du Sergent Richard 



 

Sur le même sujet

Prévention de l'obésité dans l'Yonne

Les + Lus