bourgogne
franche-comté
Choisir une région

La tête à l'endroit

Dimanche à 12h55 
Logo de l'émission La tête à l'endroit

Y-a-t-il plus de vaches que d'hommes en Brionnais ?

© Hanami Production
© Hanami Production

Champêtre et calme, le Brionnais est un coin de la Bourgogne du Sud qui a tout pour plaire. Le paysage invite aux escapades tranquilles entre bocages et petites collines boisées. Les charolaises y sont omniprésentes, mais les vaches sont-elles donc les seules à vivre ici ? 

Par Nathalie Guigon

Entre le Beaujolais et le Charolais, il y a le Brionnais. Dans ce paysage de prairies vertes, les vaches et les bœufs charolais se distinguent par petites taches blanches.
 
Revoir La Tête à l'Endroit en Brionnais

Les églises et chapelles remarquables sont particulièrement nombreuses dans ce petit coin de Bourgogne historiquement marqué par la présence de l’Abbaye de Cluny au Moyen-Âge. Avec les troupeaux bovins, ce sont elles qui ponctuent le plus le paysage.
 
© Hanami Production
© Hanami Production

Au programme de ce numéro inédit de La Tête à l’Endroit, dimanche 25 octobre à 12h55, Guillaume nous guide à Saint-Christophe en Brionnais pour une visite du marché au Cadran avec Gérard. Les charolaises en sont les stars !
La balade se poursuit au Château St Hugues de Semur-en-Brionnais où Jean-Louis nous révèle le secret des vieilles pierres.

Parmi de nouvelles rencontres insolites, Guillaume nous présente Céline et ses ânes, pour de paisibles randonnées à travers le bocage brionnais et Olivier nous accompagne sur les bords de Loire à la découverte de son milieu naturel.
 
© Hanami Production
© Hanami Production


Un marché connecté

Une terre marno-calcaire fertile et un climat humide ont favorisé la production de l’herbe, propice à l’élevage d’une race bovine reconnue dans la gastronomie française et internationale pour sa viande persillée : la charolaise.

Le lieu caractéristique le plus typique de cette activité agricole prospère, reste les marchés de Saint-Christophe en Brionnais.
 
Extrait La Tête à l'Endroit en Brionnais

Nous voici dans le berceau de la race charolaise !

Ces bovins très prisés s’exportent particulièrement bien pour leur viande, mais aussi pour l’élevage. Chaque semaine il y a un marché très atypique, le marché aux bestiaux. Ici, la modernité côtoie la tradition et le spectacle est plutôt pittoresque. Tous les mercredis, le village s’anime avec la venue des maquignons qui viennent de partout pour acheter aux enchères ou au gré à gré des bovins.

Les animaux proposés proviennent tous d’élevages de la région, situés dans un rayon de 80 kilomètres à la ronde.

7h00 est l’heure du marché au cadran, fondé sur un système d’enchères électroniques qui assure la clarté de la fixation des prix et la rapidité des ventes. Guillaume devra se lever tôt pour s’y rendre et rencontrer Gérard, responsable de l’antenne touristique du lieu.
12h00, est l’heure du marché de gré à gré. Ici ce sont plutôt les bouchers qui achètent les bestiaux pour leur viande. Guillaume est curieux, il rencontre acheteurs, vendeurs, organisateurs…

Il poussera sa curiosité jusqu’au marché de Marcigny, une institution locale !  On y trouve chaque lundi, les stands des primeurs, forains, producteurs locaux et petits animaux vivants ! C’est l’un des derniers endroits du Sud de la Bourgogne où l’on peut acheter des volailles, des lapins… Guillaume pourrait bien rentrer du marché avec un petit canard de Nathalie Fort, une bonne tranche de fromage de la Chèvre Céronnaise et quelques tomates cerises de chez Florent !  
 
© Hanami Production
© Hanami Production


Le secret des vieilles pierres

Le village de Semur-en-Brionnais, l'un des plus beaux villages de France, est la capitale historique du Brionnais. Il tire son nom du latin « senemurum » qui signifie vieilles murailles.
Parmi les plus vieilles bâtisses du village, on compte le château St Hugues, qui serait l’un des plus vieux châteaux de Bourgogne ! Du haut de ses 22 mètres avec son donjon unique, il servait d'observatoire et de protection contre les invasions. La visite du lieu est commentée par Jean-Louis, président et fondateur de l’association du château, un véritable passionné de patrimoine.

Non loin de là se trouve la collégiale St Hilaire, classée monument historique depuis 1862. Il s’agit de la dernière église de type clunisien construite en Brionnais.

Il y a aussi la Chapelle de Saint-Martin-la-Vallée, particulièrement connue pour ses fresques romanes et gothiques et son clocher latéral, unique en son genre.

Dans le Brionnais, les églises romanes voleraient presque la vedette aux vaches !
 
© Hanami Production
© Hanami Production

A travers le bocage

Depuis 1998, Céline réalise son rêve d’enfant, avoir des animaux et une ferme à la campagne. Elle élève des ânes en plein cœur du Brionnais. Emile, Olive, chacun à son petit nom et du caractère ! Guillaume découvre combien ces animaux aiment le contact avec les gens et rendent sa randonnée plus agréable.

Direction la ferme-auberge des Collines. Une table et maison d’hôtes dans un décor authentique où l’on retrouve les viandes, légumes et fruits de l’exploitation des Paperin. Le couple a installé son restaurant dans une dépendance d’un ancien château. L’occasion de goûter la fameuse viande charollaise !
 
© Hanami Production
© Hanami Production


Une rencontre buissonnière

La Loire, fleuve sauvage, marque la frontière du Brionnais à l’ouest. Guillaume s’avance aux abords du fleuve pour rencontrer Olivier, guide nature, qui bourlingue en Bourgogne tel un escargot voyageur, d’un pas lent, au rythme de la nature. Ce sont les débuts de la migration postnuptiale des hirondelles pour des terres plus chaudes. Olivier en profite pour parler d’autres espèces d’animaux et de végétaux que l’on retrouve à cette période de l’année dans cette région ligérienne.
Guillaume se retrouve au marais de Montceaux-l’Etoile. Il s’agit du premier espace naturel sensible aménagé par la Saône-et-Loire, une zone humide peuplée d’oiseaux.
 
© Hanami Production
© Hanami Production


Ils ont participé à cette nouvelle aventure de La Tête à l’Endroit :
 
  • Gérard Péguet, responsable de l’antenne touristique
  • Hervé Chapon, éleveur et affineur de bovins
  • Jean-Louis Dosso-Greggia, association Les Vieilles Pierres
  • Céline Crola, voyagiste locale
  • Philippe Paperin, éleveur de charolaises
  • Marie-Christine Paperin, aubergiste de la ferme des Collines
  • Olivier Léger, guide nature, Escargot voyageur

Y-a-t-il plus de vaches que d'hommes en Brionnais ?
Un numéro du magazine La Tête à l’Endroit
Présenté par Guillaume Pierre
Réalisé par Marc Perroud
Rediffusé dimanche 6 décembre 2020 à 12h55
sur France 3 Bourgogne-Franche-Comté
à re(voir) sur bfc.france3.fr